Articles avec #lieux de perdition tag

Publié le 24 Février 2010

Pour reprendre contact avec mon blog (9  mois d'absence, ça fait long !), je voulais partager avec vous une découverte toute récente et fort agréable.

C'est en allant faire quelques réserves de chocolat avec une amie parisienne (coucou Titi !) que Monsieur Paganel m'a fait découvrir le nouvel espace Tea-Room récemment ouvert à l'arrière du magasin. Il y a quelques mois que sa deuxième échoppe a été ouverte sur la rive droite genevoise. Le laboratoire ayant déménagé dans les nouveaux locaux, l'ancien a pu être transformé en coquette pièce fort accueillante, qui étoffe avec bonheur les quelques places disponibles jusqu'à présent à l'avant de la chocolaterie.



TeaRoomPaganel2

Murs rouge basque (j'aiiiiiime le rouge basque !), ribambelle d'anciens moules à pâtisserie, petite estrade et charmante petite verrière, je crois que j'ai trouvé mon nouveau QG ! Comme l'hiver est encore là pour quelques temps, il fera bon y déguster de réconfortants chocolats chauds.


TeaRoomPaganel

Et en partant, passage obligé par la chocolaterie pour craquer sur les valeurs sûres (je ne me lasse pas de Madame Rose, la fameuse tablette aux fleurs de rose cristalisées et piment d'Espelette) ou sur de plus récents délices comme les dattes fourrées au miel et au chocolat :


DSC04722

Ou "Le Lait des Augustins", avec des pétales de fleurs et du miel d'acacia :


laitaugustins


L'adresse
:
Paganel, Chocolatier à Genève
Tea-Room Rive Gauche
71, rue de Carouge
1205 Genève

Rive Droite
26, Jean-Charles Amat
1202 Genève


Et c'est promis, bientôt, de nouvelles recettes !




Ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2008

Ca y est, les fêtes sont finies et la nouvelle année a déjà bien commencé. Pour nous donner un peu de courage, il en faut pour affronter les journées grisouilles et le retour au train-train quotidien, je vous propose de rester dans une ambiance extra-ordinaire. Un décor gourmand, des tables élégantes et un menu qui met les papilles en joie, bienvenue au restaurant de l'Abbaye.

 

undefined

 


Je vous avais déjà présenté Damien Germanier alors qu'il officiait à la Table d'Hôtes. Après deux ans dans ce charmant petit restaurant sédunois, le voilà qui se lance dans une nouvelle aventure en devenant le chef du Relais du Valais. Au coeur de Vétroz, une grande bâtisse du XVIIIème siècle réunit une brasserie, où vous pouvez déguster des plats traditionnels valaisans, une oenothèque fort bien garnie (quelques 400 crus valaisans y sont proposés) et un restaurant gastronomique.  

undefined

La salle est chaleureuse et accueillante, murs d'époque aux couleurs d'aujourd'hui. L'ancien prieuré est devenu temple de la bonne chère où l'on se laisse volontiers convertir aux plaisirs de la table.

Pour vous faire envie, voici quelques impressions du menu Séduction. A chaque plat correspond un vin, toujours parfaitement choisi, qui complète et enrichit la découverte. Cela fait partie de l'aventure, il serait dommage de s'en priver !


Installez-vous, les fauteuils sont très confortables, et pour vous mettre encore plus dans l'ambiance, imaginez un discret fond sonore aux accents de Katie Melua...

undefined

* On commence avec l'amuse-bouche, Crème de chou-fleur au caviar d'Aquitaine.
Très onctueuse, la crème est aérienne, juste tiède. Le caviar, grains anthracites sur le velours laiteux, ajoute une petite touche salée et iodée à la douceur de l'émulsion. Quelques morceaux de chou-fleur croquant pour la texture, et nous voilà impatients de découvrir la suite du repas !

* Fondant de foie gras de canard aux pommes, pain à la cannelle et petite brioche
Une entrée traditionnelle, mais proposée avec originalité. Le foie gras, délicieusement fondant, est entouré d'une gelée de granny smith et de pain d'épice. La cannelle se marie parfaitement avec le foie gras, et le côté naturellement acidulé de la pomme vient taquiner les papilles séduites par l'onctuosité du fondant. En décoration, une rouelle de pain d'épice croustillante, quelques morceaux de pommes safranés et une délicieuse vinaigrette balsamique. Sans oublier la délicieuse petite brioche ! Equilibre parfait, accompagné d'un ermitage de Venthône.

Et si vous osez, cliquez sur la photo : elle vous mènera directement vers la recette, présentée sur le blog du chef.
 
undefined
Crédit photo : Damien Germanier


* Pavé de Bar de Ligne rôti, fenouils glacés et pistou d'algues
Incontestablement mon coup de coeur de la soirée. Le loup est parfaitement cuit, la peau croustillante et épicée, la chair fondante et goûtue. En accompagnement, de délicieux fenouils glacés, un pistou d'algues très original et une purée de fenouil qui ferait aimer le légume au plus récalcitrant ! Une très belle réussite.
Et la surprise se poursuit dans le verre avec une magnifique découverte : un pinot blanc 2006 de Philippe Darioly à Martigny. Un vin d'une puissance aromatique bluffante, un nez fleuri et parfumé comme je n'en avais jamais senti. Magique.

* Filet de sole rôti, risotto de pommes de terre, contraste de courge et lard fumé
Original le risotto de pommes de terre (pensée émue pour celui qui est de corvée patates en cuisine), et étonnant contraste entre un filet de poisson et une chips de lard ! A nouveau, un plat aux saveurs très intéressantes. Et avec ça, une petite arvine de la Cave de la Pierre, toujours aussi typique et parfaite.

* Cuisse de lapin persillée au gingembre et citron, lentilles du Puy et crème légère de wasabi
Je ne suis pas une grande fan de lapin dans l'assiette (surtout quand on me dit "pense au mignon petit animal avec sa queue en pompon !"), mais je dois bien avouer que là, la viande délicatement relevée avec du gingembre et du citron était délicieuse. Et toujours un accompagnement original : crème au wasabi avec du lapin et des lentilles, il fallait oser. Et il a drôlement bien fait !
Dans le verre, un pinot noir aux couleurs fauves.

* Comme à la Table d'Hôtes, le gigantissime plateau de fromages est toujours là. Et sur la table, tout au long du repas, de délicieux pains, aux graines de courge et aux noisettes.

* Superpositions de textures de chocolat et de Passion
Trois chocolats dans un dessert ? Oui oui, c'est possible ! Même si je n'ai pas été totalement convaincue par la texture du dessert, l'association chocolat-passion est toujours aussi intéressante.
Dans le verre, une superbe Malvoisie flétrie de 2002, avec 5 ans de maturation en fût. Je vous laisse imaginer !

 
dessert-copie-1.jpg
Crédit photo : Damien Germanier

Le repas se termine par un café accompagné de petites douceurs, et par la visite du chef en salle. Et pour ceux qui goûtent à ces plaisirs de volûtes, un fumoir à la décoration virile est à disposition à quelques pas.
 
En cuisine (gigantesque, ça change drôlement de la Table d'Hôtes où il n'y avait de place que pour le chef !), on continue à travailler dur.

undefined

Les assiettes sont dressées avec précision avant d'être amenées en salle, où elles feront le bonheur des pupilles et des papilles des convives.

undefined


Voilà, j'espère que la promenade vous a mis l'eau à la bouche !

N'hésitez pas à faire le chemin jusqu'à Vétroz, la région est magnifique et le restaurant de l'Abbaye est une adresse qui gagne à être connue. Je suis persuadée que l'on entendra de plus en plus parler de Damien Germanier dans le milieu de la haute-gastronomie romande. Retenez-bien ce nom !



Quant à moi, j'y retourne le week-end prochain. Et j'espère secrètement pouvoir y déguster le riz au lait et sa glace au carambar... Damien, si tu me lis, tu sais ce qu'il te reste à faire !



L'adresse :

Le restaurant de l'Abbaye
Route de l'Abbaye 35
1963 Vétroz
Valais - Suisse
+41 (0)27 323 43 44


Le site de Damien Germanier, avec un lien vers son blog, et un autre vers le restaurant.



D'autres avis de bloggeurs sur le restaurant :

Le billet de Chantal
Le billet de Claude-Olivier


 

Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

Voir les commentaires

Rédigé par San des Frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2007

Sur le chemin du boulot, l'ancien magasin d'informatique a fermé. Quelques cartons traînent encore dans le lieu déserté et bientôt les vitrines se font opaques, cachant pudiquement les transformations en cours aux yeux des curieux. Puis un jour, au milieu d'un grand espace blanc, une drôle de fleur verte a fait son apparition : Tekitizi s'est ouvert il y a presque trois semaines maintenant.  

tekitizi.JPG

J'ose un oeil de l'extérieur et me dis en vrac : " Enfin un endroit sympa où manger près de l'hôpital ! ", "Youpie !" et "Vivement que je puisse tester ça !". Le lieu semble minimaliste, blanc laqué et vert herbe à chat, écolo-chic. Mais surtout, l'ambiance me rappelle furieusement des endroits découverts en Irlande ou en Angleterre, et dont je regrettais vraiment l'absence à Genève. Soupes, smoothies, wraps, et des petites affiches sur la vitrine qui annoncent du jus de raisin frais de la région. Vous en connaissez beaucoup des "à l'emporter" qui mettent en avant du jus de fruits de saison tout frais pressé ? Le ton est donné : ici, on peut manger rapidement mais sainement
Quelques jours plus tard, je pousse la porte, bien décidée à tester prix et qualité. Et la surprise est bonne. Là où l'on pourrait craindre une ambiance un peu prout-prout, genre fast-food-de-luxe-un-peu-snob, c'est tout le contraire que l'on trouve.

bar.JPG
Derrière le comptoir, l'accueil est féminin et souriant. Magalie et son équipe, composée surtout d'étudiantes, s'activent dans la bonne humeur, et l'enthousiasme est communicatif. Au menu, deux soupes à choix, une carte de sandwiches originaux, des salades sympas, des sushis, et des smoothies préparés à la minute, tout comme les jus de fruits. On choisit tranquillement, parfois en guignant ce qui est servi à son voisin pour voir à quoi ça ressemble, et on observe la préparation du sandwich sous nos yeux. Si on est pressé, on repart avec son repas dans un petit sac en papier. Si on veut se poser, on prend son plateau vert et on choisit sa place parmi les deux bars accolés aux vitrines ou les petites tables de la salle.

vert-et-blanc.JPG

Si j'ai pensé au début que c'était un groupe de copines passionnées qui avait ouvert la boutique, l'idée revient en fait à deux médecins, qui ont développé le concept et lancé l'affaire. Au quotidien, c'est Magalie qui mitonnent et surtout, qui part tous les matins sur son vélo chercher les produits frais au marché. Rien que pour ça, ça donne envie !
Quant aux prix, pour la qualité et la fraîcheur garantie, ils sont tout à fait raisonnables. Les soupes (courge aux croûtons de pain d'épices, carottes au lait de coco, fenouil-chèvre,...) sont à 5 ou 6 chf selon la grandeur de la portion, et avec une tranche de (bon) pain. Les salades sont originales (il y a même une salade de fleurs !) et vont de 4,50 à 10 chf selon leur taille, les sandwiches de 6,50 à 9,50 chf. Et tout ça varie en fonction des saisons et des produits disponibles.
Quant aux sushis, mon inquiétude de voir de pseudos-rouleaux mal faits comme on en voit un peu trop souvent, s'est vite dissipée : ils sont livrés tous les matins de chez Mikado, mon épicerie-traiteur japonaise préférée avec Uchitomi, sans doute les meilleurs sushis de la ville, d'une qualité irréprochable.
Et pour finir le repas sur une note sucrée, vous avez le choix entre des fruits à 1chf, une petite carte de desserts ou une part de cake maison.

vert.JPG

Mais le côté vert, naturel et sain ne s'arrête pas à la déco et à la nourriture puisque dans la cuisine, tout est composté et que les services le seront bientôt aussi.
Vous l'aurez compris, ce concept et ce lieu m'emballent. La motivation et l'énergie des gens qui s'en occupent aussi. Et ce n'est qu'un début puisque bientôt, un cuisiner rejoindra l'équipe, histoire de pouvoir proposer plus de choix de repas chauds, toujours avec des produits frais et un souci de bien se nourrir. D'autres évolutions sont semble-t-il déjà en projet, mais laissons-leur le temps de démarrer !

Une vraie super cantine d'avenir comme on aimerait en avoir près de chaque lieu de travail. Longue vie et plein succès à Tekitizi !



L'adresse :
Tekitizi, Rue Micheli-du-Crest 20-22, 1205 Genève

Le site : www.tekitizi.ch




Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0

Publié le 8 Avril 2007

Depuis mon impudique confession, vous savez tout de ma passion pour l'Italie et sa gastronomie. Je vous propose aujourd'hui un voyage gustatif dans le talon de la botte. Nous aurons pour guide Pauline et André, grâce à qui j'ai découvert des saveurs et des parfums ensoleillés comme rarement j'en avais goûtés.

pots.JPG

L'histoire commence à l'été 2005, quand Pauline et André décidèrent de s'enfuir vers les Pouilles, profiter de la fraîcheur des trulli pour les vacances. C'est là, parmi les champs d'oliviers, qu'ils découvrirent la Masseria Palmo, une ancienne exploitation agricole biologique familiale qui propose également quelques chambres d'hôtes.
A la fin du séjour, difficile d'imaginer se passer des bons produits de l'endroit. Ils repartent alors avec quelques réserves dans le coffre de leur voiture. Mais les amis s'en mêlent et tombent sous le charme des ces produits "faits maison" et plein de soleil. Fin 2005, une première palette de produits arrive par camion pour les amis, et les amis des amis.

Aujourd'hui, la cave de Pauline et d'André à des allures de caverne d'Ali-Baba !

cartons.JPG

La Masseria Palmo, c'est surtout une oliveraie. Les meilleures olives sont pressées sur place, pour donner une huile de premier choix de grande qualité.

huile-olive.JPG

Mais aussi et c'est mon coup de coeur, des huiles d'olives aromatisées absolument superbes. Au citron, à la mandarine, à l'orange et au basilic.

huiles-olive-aromatis--es.JPG

Dégustées sur un simple morceau de pain, elles laissent découvrir leurs spécificités. Utilisées en cuisine, c'est un vrai bonheur ! J'ai déjà testé celle au citron sur du poisson, celle à l'orange avec la salade petits-pois fenouil, et celle au basilic simplement sur des pâtes avec de l'ail ou sur du pain... Je pourrais finir la bouteille simplement comme ça !

Si Luigi, le fils, s'occupe du domaine, sa mère Carmela est "en cuisine" et prépare crèmes, conserves et sugi, conservés dans de jolis pots à l'ancienne. Tout est fait maison, il n'y a pas de doute là-dessus !
La part belle est faite aux produits traditionnels, et ils essaient également de retrouver des recettes anciennes, oubliées ou abandonnées car longues et délicates à préparer, impossibles à reproduire pour l'industrialisation.
Par exemple, cette purée de tomates qui est séchée au soleil, et qui donne une sorte de concentré aux arômes décuplés ! Ou ces petites câpres au sel, que je ne connaissais absolument pas, habituée aux câpres à l'huile un peu fades.

capres-au-sel.JPG

Celles-ci sont cueillies à la main et conservées dans du sel. Incroyablement aromatiques, je ne m'attendais pas à ça en goûtant des câpres !

Comme toute entreprise artisanale, la production varie d'une année à l'autre. Les goûts ne sont pas uniformes mais légèrement différents selon les récoltes ou le jour de fabrication. Ainsi l'huile d'olives au citron est un peu plus amère cette année, et toute une récolte de tomates cerises séchées au soleil a du être jetée, car la pluie s'est invitée au mauvais moment...

tomates-s--ch--es.JPG

Les tomates séchées sont les meilleures que j'ai goûtées à ce jour. Toutes simples, avec le vrai goût de la tomate séchée au soleil et non déshydratée au four, je dois me retenir de ne pas en mettre partout ! Sur du poisson, dans les salades, les pâtes, le riz, les sandwichs... Et le pire ? Grignotées sans rien d'autre, c'est terriblement addictif et plein d'anti-oxydants en plus il paraît !

Pauline en avait fait de jolis et délicieux petits rouleaux d'apéro, avec de la mozarella ou un peu de thon.

rouleaux-tomates-s--ch--es.JPG

Et toujours pour les apéros, impossible de ne pas parler des crèmes : tomates séchées, olives, artichauts, aubergines ou ma préférée, tomates séchées et piment, alla diavola !

creme-de-tomates.JPG

Mais il y a aussi des conserves à l'huile d'olive extra-vierge : aubergines, coeurs d'artichauts, piments farcis. Des confitures de figues et bien sûr, de la sauce tomate ou des sugi tout prêts, au basilic ou au piment, et les pâtes qui vont avec !

Bref, plein de produits artisanaux et traditionnels, sans arômes ni conservateurs, faits à l'ancienne par une vraie mamma italienne. Un petit peu d'Italie à notre portée, pour mettre du soleil dans notre cuisine quotidienne !


Pauline et André n'ont pas de commerce, ils ne veulent pas se lancer dans la vente en masse. Ils vendent par bouche à oreille, à des amis d'amis, à quelques restaurateurs et magasins biologiques. Si vous êtes intéressés par leurs produits, il faudra vous rendre chez eux, dans une jolie ferme au-dessus de Lausanne, ou les contacter directement par e-mail.

Voici leurs coordonnées :

Pauline & André Jeanmonod
En Riau-Graubon
1082 Corcelles-le-Jorat


E-mail : pajeanmonod[at]bluewin[point]ch
Téléphone :
079 515 15 61



Si vous êtes sur Genève, je vais repasser une petite commande très prochainement, alors n'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés !



Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0