Articles avec #un potager sur le balcon tag

Publié le 16 Mai 2009


Lundi 11 mai, première fraise de l'année sur mon balcon-potager.






Depuis, une petite dizaine se sont mises à rougir et quelques-unes ont été dégustées.


La (vraie) saison des fraises est arrivée, profitez-en !





Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #Un potager sur le balcon

Repost 0

Publié le 19 Septembre 2007

Oups, j'ai pris du retard pour le compte-rendu de mon balcon-potager d'août... Voici donc un petit résumé de ce qui a poussé, fleuri ou été mangé le mois passé.

Pour commencer, LA grande surprise qui se préparait déjà à la fin juillet : les framboises sont arrivées !

premiere-framboise.JPG
Un peu timides au début, elles n'ont pas tardé à se passer le mot pour mûrir toutes ensemble. Ce qui m'a permis de faire quelques jolies récoltes gourmandes.

framboises.JPG
Hourra ! Ma lubie de planter un framboisier en pot sur le balcon n'était donc pas si farfelue que ça. C'est drôlement bon, une petite framboise à peine cueillie, chauffée par le soleil, comme au jardin quoi !

Par contre, les vilains tétranyques à deux points, déjà précédement observés sous les feuilles, ne sont pas partis, bien au contraire. Le plant est colonisé, les feuilles sèchent et meurent, une vraie catastrophe ! Les fruits étant en pleine croissance, il n'est pas question d'insecticider à tour de bras. C'est en commandant des huiles végétales pour un usage cosmétique (et oui, le chimique quitte progressivement ma salle de bain aussi) que j'ai découvert l'huile de Neem. Extraite d'un arbre sauvage, le margousier, cette huile est bactéricide et antifongique, mais surtout répulsive contre les insectes, particulièrement les moustiques, les acariens, les puces et les poux, tout en préservant les coccinelles et les abeilles (voir la fiche-technique). Super pratique donc en cette période de rentrée scolaire, mais aussi pour les personnes allergiques aux acariens ou pour nos animaux de compagnie. Dans mon cas, j'ai trouvé mon nouvel insecticide bio ! Un pulvérisateur, de l'eau tiède et quelques millilitres d'huile. On secoue, on pulvérise et c'est tout !

Mon plant de tomates cerises jaunes se porte toujours aussi bien. Il continue de produire en quantité astronomique pour un si petit plan en pot et ne donne pas signe de faiblesse.


De nouveaux bouquets de fleurs se forment, mais je ne sais pas si la météo de cet automne leur permettra de se transformer en fruits... En attendant, je profite de ces petites tomates sucrées gorgées de soleil.

tomates-cerises-jaunes.JPG
Au milieu de ma jardinière de salade, j'avais planté quelques radis. Ca ne demande pas d'entretien et à la croqu'au sel, c'est toujours aussi délicieux !



Et pour agrémenter les salades, les capucines fleurissent toujours autant. C'est beau et c'est bon, sur le balcon comme dans l'assiette !


Des nouvelles aussi de mon basilic thaï, que vous aviez vu tout petit en juin et qui forme un joli bouquet aujourd'hui.




La citronelle que j'avais plantée en même temps n'a pas supporté les assauts répétés du chat... J'en ai planté à deux reprises, et rapidement, de longues et vigoureuses herbes vertes se formaient. Le prédateur à moustaches n'y résistant pas et ratiboisant tout régulièrement, j'ai abandonné. Je retenterai sans doute cette hiver, au chaud et à l'abri dans ma cuisine !

Mes fraisiers sont de plus en plus productifs. Après quelques semaines de calme, sans doute à cause de la météo chagrine, les voilà qui repartent de plus belle. Stolons en veux-tu en voilà, il faudra d'ailleurs que je les plante dans de nouveaux pots, et revoilà plein de fleurs et de fruits. S'ils décident de repartir comme l'année passée, j'aurais des fraises jusqu'en janvier !

stolons-fraises.JPG
Et pour terminer, voici quelques-unes des magnifiques anémones qui se relaient pour fleurir mon balcon. Si au départ je n'avais que de la verdure, aujourd'hui il y a toujours 2-3 fleurs ouvertes et 2-3 boutons en préparation.

anemones.JPG
Je ne me lasse pas de ces renonculacées élégantes aux coloris délicats. Qu'elles soient à pétales simples comme ci-dessus, ou doubles, comme en dessous.

anemones-doubles.JPG
Il paraît que la floraison est plus belle la deuxième année. Je me réjouis !

anemone-simple.JPG

Bon jardinage à tous !




Pour suivre la saga "Un potager sur le balcon" :

Episode 4 : Fin juillet 2007 - début des récoltes
Episode 3 : Fin juin 2007 - formation des fruits et décoction de prêle
Episode 2 : Fin mai 2007 - floraison et recette contre l'oïdium
Episode 1 : Fin avril 2007 - les plantations





 
Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Un potager sur le balcon

Repost 0

Publié le 4 Août 2007

Le mois de juillet fut sans conteste le plus chargé en surprises et le plus productif depuis le début de mon expérience de balcon-potager. Si les mois précédents étaient plutôt consacrés aux plantations et à la vérification de la bonne croissance des végétaux,  juillet fut un mois très gratifiant et gourmand !

La fin des grandes pluies et le retour du soleil ont été très bénéfiques pour les cultures. Au dessus de 30°C, le mildiou, terrible ravageur des tomates, meurt. Mes petites tomates jaunes en ont bien profité pour grandir puis, dès la mi-juillet, commencer à mûrir.

premiere-tomate-balcon.JPG

Et c'est allé à une vitesse folle ! Chaque jour, de nouvelles tomates sont prêtes à être dégustées. Et le verdict (puisque c'est quand même le plus important) : elles sont délicieuses ! Très sucrées et juteuses, presque sans aucune acidité. De vrais petits bonbons à croquer tels quels. J'en mange plusieurs par jour et de nouvelles tomates continuent de se former.

tomates-mures.JPG
Le plant s'est arrêté de pousser, il fait un peu plus d'un mètre cinquante. Il y a une douzaine de grappes qui comptent jusqu'à plus de 20 tomates chacunes. De quoi se régaler encore quelques semaines !
C'est vraiment une variété très productive et résistante. J'en replanterai sans hésitation au printemps prochain.

Les platycodons, après avoir fait beaucoup de végétation, se sont décidés à produire des fleurs. Ca commence comme de gros ballons prêts à éclater :


Puis elles s'ouvrent pour donner naissance à de belles fleurs d'une grande délicatesse.

platycodon.JPG
Je les avais achetées en pot l'année passée, les avait coupées après floraison puis oubliées dans un coin du balcon. Début avril, des petites pousses dont je ne me souvenais pas l'origine sont sorties de terre. C'était les platycodons ! Belle surprise, j'apprécie beaucoup la simplicité élégante de cette fleur.

platycodon-ombre-et-lumi--re.JPG

Mon framboisier dépasse maintenant allégremment son tuteur, et va gentiment atteindre les deux mètres de hauteur !

framboisier.JPG
Mais le plus important, c'est l'évolution des petits boutons floraux que je vous avais montré fin juin. Non seulement ils se sont ouverts, attirant de nombreux insectes pollinisateurs :

fleurs-de-framboisier.JPG
Mais en plus.... Tadaaaaaaaaaaaaaaaaam !

framboises.JPG

Et oui ! Des framboises se sont formées ! Elles grossissent, et certaines commencent même à prendre de la couleur. Je n'en reviens pas : je vais pouvoir manger des framboises qui ont poussé dans un pot sur mon balcon ! Et il n'y en a pas que 2-3 : plus de 50 framboises sont actuellement formées, et de nouvelles branches fleuries apparaissent. Vive le jardinage sur balcon !

Les anémones se sont également décidées à fleurir. J'avais un peu perdu espoir, depuis le temps que je les avais plantées... Elles ne faisaient que des feuilles, jusqu'au jour où... Un bouton est apparu, puis un autre.

bouton-anemone.JPG
J'en ai eu cinq ou six pour l'instant, et deux nouveaux boutons arrivent. J'avais planté deux sortes d'anémones de Caen, des simples et des doubles. Et c'est à chaque fois la surprise quand le bouton éclot, de voir apparaître une forme ou l'autre de fleur.

Anemone-bleue.JPG
Les couleurs sont tendres, bleues ou violettes-rosées, les pétales fragiles et délicats comme du papier de soie. Un régal pour les yeux, je ne regrette pas.

Pour revenir au comestible, quelques salades à couper plantées en jardinière sont prêtes à être dévorées, comme cette laitue rouge :

laitue.JPG

Et les radis arrivent bientôt.
Pour agrémenter cette salade, il y a toujours de la roquette, des fleurs de roquette (puis les cosses que je récolte pour récupérer des graines pour les plantations de l'année prochaine), et depuis peu, des fleurs de bourraches :

fleurs-de-bourrache.JPG
Toujours dans les fleurs comestibles, les soucis arrivent bientôt et je suis presque envahie par les capucines qui ne s'arrêtent plus de pousser, grimper et fleurir.

capucines.JPG
Elles s'aggrippent partout où elles peuvent, et s'il n'y a rien, rampent le long du balcon. Je doute de plus en plus de l'intitulé du paquet de graines qui disait : capucines naines !

capucine.JPG

Comme il y en a beaucoup et qu'elles sont quand même bien belles, jaunes, oranges et rouges, je ne les mange pas toutes. Certaines ont le droit de rester purement décoratives !


Rendez-vous dans un mois pour la suite des aventures de mon potager sur le balcon.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Un potager sur le balcon

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2007

C'est maintenant devenu une habitude de vous donner des nouvelles de mon balcon-potager tous les mois. Voici donc le compte-rendu de ce mois de juin mitigé. Avec toute la pluie qui est tombée, c'est un peu la catastrophe pour les jardiniers : les maladies cryptogamiques (oïdium, botrytis et surtout le vilain méchant mildiou) attaquent en force, et certaines cultures ont été complètement décimées... C'est une mauvaise année pour les pommes de terre et les tomates, particulièrement touchées par le mildiou. 

Mais ici, ce sont de minuscules acariens très envahissants qui ont commencé à attaquer mon framboisier : les tétranyques à deux points. Ces petites saletés s'installent sous les feuilles et tissent leur maison pour y déposer leur progéniture sous forme d'oeufs microscopiques. On les repère aux piquetures sur le dessus des feuilles, et en les retournant, il faut presque prendre une loupe pour voir les parasites. Grmblll, j'avais déjà eu l'année passée des tétranyques rouges sur mon tout jeune fraisier, et cette année sous mes feuilles de tomates. Ce n'est pas si évident de les convaincre de partir, il paraît que les coccinelles les mangent, tout comme les pucerons. Mais quand il pleut, où se cachent les bêtes à bon dieu ? Je me suis donc résolue à utiliser un anti-acarien spécifique, avec parcimonie et sans trop de scrupules puisque mon framboisier n'avait alors que des feuilles.
J'ai également taillé pas mal de feuilles, touchées soit pas le mildiou soit par une autre sorte de maladie cryptogamique que je ne connais pas, peut-être la pourriture grise ? Mon pronostique était assez mauvais pour ce pauvre framboisier en pot...


framboisier-juin-07.JPG
Et pourtant le voici qui continue de pousser, sa plus haute branche dépassant maintenant allégrement le tuteur d'1 mètres 50. J'avais prévu un peu court ! Et très agréable surprise un beau matin, que vois-je : des boutons de fleurs !!! Youpiiiie ! J'aurais peut-être des framboises à la fin de l'été ?

fleurs-framboisiers-juin-07.JPG
Le fraisier lui se porte comme un charme. Il finirait même par ressembler à un buisson !

fraisier-juin-07.JPG
Il continue de faire des fleurs et des fraises, de plus en plus grandes d'ailleurs. J'ai l'impression qu'il se plaît bien sur mon balcon.

Le plant de tomates a atteint le sommet du tuteur : 1m 50. Il continue de grandir et de faire de nouveaux bouquets floraux. J'hésite à le "pincer" pour qu'il arrête et qu'il se concentre sur les fruits. Car oui, les fruits sont arrivés ! Ca a commencé comme ça :


Je vous dis pas mon explosion de joie en apercevant les premières mini-tomates qui remplaçaient petit à petit les fleurs ! Tous les matins, j'allaient inspecter pour voir s'il y en avait de nouvelles !

Maintenant, ça ressemblent à ça :


Il y a déjà près de 80 tomates en formation, de nouvelles tous les jours et encore des fleurs ! Où est-ce que ça va s'arrêter ?
Lors de la grosse tempête orageuse du 20 juin, j'ai eu très peur. Surtout quand il a commencé à grêler ! Heureusement, pas de dégât. Par contre, quelques jours plus tard, une bourrasque de vent violent a fait tomber le plant : quelques branches cassées, mais que des feuilles. Ouf !

basilic-thai-juin-07.JPG
Le basilic thaïlandais grandit bien, et je lui ai planté un ami : de la citronnelle !


C'est tout simple. S'il vous reste un bulbe de citronnelle, même depuis longtemps au frigo, plongez-le dans un verre d'eau et après quelques jours, vous verrez des racines se former puis d'autres petits bulbes. Ne reste plus qu'à le planter et attendre que la verdure se développe. Enfin, si votre chat ne le confonds pas avec son herbe à chat, comme c'est arrivé chez moi... J'espère que ma citronnelle va vite se remettre de son traumatisme félin !

Les capucines que j'ai plantées devaient être des capucines naines. Ahem ! Vu la taille qu'elles font actuellement, je me demande à quelle hauteur poussent les capucines normales ! J'ai une vraie forêt de jolies feuilles en parasol :

capucines-juin-07.JPG
Et nouvelle bonne surprise, enfin un matin : une fleur !



Et là, pas de pitié, même si elle est jolie, colorée et ensoleillée : dans la salade illico ! C'est pour ça que je les ai plantées, non mais !

En parlant de salade, j'ai une vraie cargaison de feuilles de roquette. Ca tombe bien, j'adore ça. Et j'en ai laissées quelques-unes grimper pour faire des fleurs. J'ai bien fait, c'est mignon et surtout délicieux !

Hop ! En salade aussi !

Ma première expérience de fleurs comestibles cette année a été faite avec des fleurs de thym :

thym-en-fleurs.JPG
J'ai eu la curiosité d'en goûter une, et j'ai bien fait. C'est légèrement sucré, commes les fleurs de primevères sauvages que j'allais cueillir au printemps quand j'étais petite, puis vient le goût du thym, un régal ! J'ai une recette en cours avec ces fleurs d'ailleurs, c'est pour bientôt, promis !

Du coup, j'ai également osé goûter des fleurs de menthe :

menthe.JPG

Quant aux autres fleurs comestibles plantées le mois passé, elles poussent gentiment, mais il n'y a que des feuilles pour l'instant. Un peu de patience encore !

Enfin, je termine une fois encore avec une recette pratique pour vos potagers. Il s'agit de décoction de prêle. La prêle est une plante que l'on trouve partout, il est très difficile de s'en débarrasser d'ailleurs. Composée à 40% de silice, c'est un bon fortifiant pour tous les végétaux, ce qui les aide à résister aux maladies. C'est également un antifongique et une solution préventive et curative pour certaines maladies cryptogamiques comme l'oïdium, le mildiou, la tache foliaire (pour vos rosiers), l'antrachnose,... Mais cette décoction fait également fuir les pucerons et les araignées rouges ! Une solution naturelle et simple, qui évitera bien des produits chimiques dans vos assiettes ou vos fleurs !

prele-coup--e.JPG
La recette : cueillir de la prêle fraîche (il y en a vraiment partout ! Promenez-vous et ouvrez les yeux. Je parie qu'en moins d'un quart d'heure, vous en aurez trouvé tout un champ : elles ne poussent jamais seules.)
Couper la prêle assez fin, en mettre 100 grammes dans 1 litre d'eau et laisser macérer toute la nuit. Le lendemain, la faire bouillir durant 20-30 minutes, et laisser refroidir avant de filtrer. Ensuite, diluer à 20% (1/5) et pulvériser sur tout le potager ou les plantes.
Vous pouvez aussi utiliser de la prêle séchée, on en trouve en droguerie ou para-pharmacie (c'est aussi très bon pour la santé et notamment la peau). Il faudra alors réduire le dosage à 15 grammes de prêle pour 1 litre d'eau.

Voilà ! Des nouvelles de mon balcon à la fin du mois prochain.
Bon jardinage à toutes et à tous !





Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

 

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Un potager sur le balcon

Repost 0