Articles avec #miams sales tag

Publié le 10 Juillet 2008

Chose promise, chose... écrite ! Dans le précédent récapitulatif des salades sympas pour l'été, je vous annonçais une salade au sarrasin. Et pour cause : c'est LA salade de mon été, que je ne me lasse pas de faire et refaire depuis quelques semaines pour accompagner les grillades, en pique-nique ou tout simplement comme plat unique lors des agréables soirées estivales.
 
J'ai découvert le sarrasin il y a quelques mois, et son petit goût de noisette m'a tout de suite emballé les papilles. Bonne nouvelle pour les intolérants, cette pseudo-céréale ne contient pas de gluten. Elle est par contre très riche en protéines et pleine d'acides aminés. Vous ne connaissez pas encore cette drôle de graine triangulaire ? C'est le moment de tester, suivez-moi !

                           
 
Commencer par bien rincer les grains de sarrasin, 200 grammes environ pour un bon saladier. Les faire ensuite brièvement revenir à sec, ce qui va légèrement les torréfier et faire ressortir leur agréable saveur de noisette. Ajouter 1 litre d'eau, ou du bouillon de légumes si vous préférez, et laisser cuire 8 petites minutes. Egoutter immédiatement et bien rincer à l'eau froide. Ainsi cuit et refroidi, le sarassin reste suffisamment ferme et garde une texture agréable pour être dégusté en salade.
Emincer finement un oignon nouveau et un petit bulbe de fenouil, avec le vert de l'oignon et les pluches du fenouil qui servent de fines herbes et relèveront la salade. Les incorporer au sarrasin et ajouter éventuellement quelques tomates séchées découpées qui amèneront une petite note parfumée et salée. Pour la sauce, le jus d'un demi citron et quelques cuillères d'huile d'olive, à l'orange si vous en avez car c'est une merveille avec le fenouil.
Quelques pétales de souci ou de capucine pour décorer, apporter une touche de couleur et parce que c'est délicieux, et c'est prêt !

                             
Voilà une salade très originale et agréablement rafraîchissante grâce à l'oignon nouveau, au fenouil cru et au citron. De quoi varier l'accompagnement de vos repas d'été et vous régaler sainement.
 
Bon Appétit et très bel été à tous !



 
Et pour accompagner cette salade, pourquoi ne pas préparer des brochettes de poulet à l'indienne, et en dessert, une papillote de fruits de saison !



 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

 

Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #De saison, #Miams salés

Repost 0

Publié le 12 Mai 2008

J'ai acheté au marché samedi mes premières asperges de l'année. Et oui, c'est maintenant la pleine saison,  et non en février-mars ! (D'ailleurs, n'oubliez pas d'aller jeter un oeil sur Ras la fraise si ce n'est pas déjà fait ;) ).

J'ai craqué pour une belle botte de petites asperges vertes toutes fines, sachant déjà à quelle sauce j'allais les manger...
 
                             
Il y a peu, Sylvie de l'association Lumière des Champs (paniers hebdomadaires de légumes biologiques), m'avait contactée pour avoir quelques idées de recettes à base d'asperges. J'aime les asperges cuisinées de manière simple, à la vapeur encore un peu croquantes, avec une bonne petite sauce. Et j'avoue ne pas du tout les aimer dans des tartes ou des flans. Je lui ai donc proposé deux recettes très différentes, qui conviennent également lorsque les asperges ne sont pas de premier choix, ou un peu cassées : un velouté et une poêlée.
 
Cette manière de cuisiner les asperges en poêlée est de loin ma préférée : simple, rapide et très goûteuse. Avec des petites asperges fines comme celles ramenées du marché, c'est encore meilleur.

Couper les asperges en tronçons réguliers et les faire revenir dans une poêle avec un peu d'huile d'olive. Laisser pour l'instant les pointes de côté. J'y ai également ajouté un petit oignon nouveau émincé. Cuire pendant 5 minutes à feu assez vif en remuant régulièrement, ajouter éventuellement un tout petit peu d'eau si ce sont des grandes asperges. Ajouter ensuite les pointes et cuire encore pendant 5-10 minutes.
 
                              
 
Vers la fin de la cuisson, ajouter un peu de vinaigre balsamique, de l'huile de noix, et à choix : des noisettes concassées, du persil plat (offert par le maraîcher, youpiiie !), des tomates séchées (merci Sylvie pour l'idée délicieuse), du jambon cru, et hors feu, des copeaux de parmesan ou du fromage de chèvre frais émietté. C'est prêt !

A vous de décider maintenant si vous voulez ajouter les asperges sur des pâtes, sur une tranche de pain de campagne grillé ou si vous préférez les manger telles quelles.
 
                              
 
Toute la saveur des asperges encore croquantes, légèrement caramélisées par le vinaigre balsamique, relevées et complétées par les noisettes, les tomates séchées et le jambon cru. Un régal !
 
C'est le moment de partir à la cueillette aux aspergettes, ou asperges des bois. Je les guette depuis quelques jours et ça y est, elles sont là ! Estèbe m'a devancée et a déjà rempli son joli panier de belles et fragiles aspergettes !
 
                                
 
Ca ressemble drôlement à des épis de blé, mais tout en vert !
Ce sont en fait des boutons de fleurs, les ornithogales, qui avant floraison peuvent se manger comme des petites asperges : poêlées, à la vapeur, en omelette,...
On les trouve à cette période dans les sous-bois, au bord de l'eau. Et comme j'habite près d'un sous-bois au bord de l'eau... A la cueilllette !

L'ail des ours est en fleur, et juste à côté, l'asperge des bois pointe son nez !

 
                                

Il y en a vraiment partout dans le sous-bois, il suffit de bien observer !
 
                                

J'en ai ramassée presque 500 grammes... qui en veut ?
 
                                
 

Beau lundi ensoleillé à tous !



 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #De saison, #A la cueillette, #Miams salés

Repost 0

Publié le 12 Mars 2008

Qui a dit que les légumes d'hiver étaient tristes ? Ce serait vraiment manquer d'imagination !


La fin de la saison des topinambours approche. Et avant de tester la plantation de tubercules sur mon balcon (qui ne tente rien n'a rien !), j'en profite encore un peu en cuisine. Catherine m'a fait envie avec sa recette de velouté de topinambours au vacherin Mont d'Or, mais c'est sous une forme très différente que je vous propose d'en déguster aujourd'hui, associés à de la betterave.



                                undefined

 
L'un est tourmenté et joliment rosé. L'autre toute ronde et un brin rustique. Mais ne vous fiez pas aux apparences, ces deux là font la paire !

Pour profiter pleinement de leurs saveurs et de leurs bienfaits (minéraux et oligo-éléments à gogo), on va les manger tout cru !
Encore un a priori sur les légumes racines qui s'envole : ils n'ont pas besoin d'être cuits, bouillis, mijotés. Ils se laissent très volontiers déguster sans plus de chichis que râpés ou très finement découpés. C'est cette deuxième option que j'ai retenue pour les transformer en carpaccio bicolore et fort en goût !



undefined

Tout simplement peler les légumes... Enfin, pas si simplement que ça en fait : le topinambour est bien sympa avec toutes ses excroissances, mais c'est un peu moins rigolo au moment du passage de l'économe. Quant à la betterave, elle n'est pas utilisée comme colorant alimentaire pour rien, vos doigts sauront vite pourquoi !
Une fois pelés, les découper à la mandoline le plus finement possible. Et admirer en transparence les nervures de la chair translucide et les cercles concentriques rouge profond. Le terme de carpaccio est particulièrement adapté à la betterave !
Un filet d'huile de noix, quelques noisettes concassées au pilon, trois grains de fleur de sel et deux gouttes de vinaigre balsamique : c'est prêt !

Ca croque sous la dent et les saveurs se bousculent. Noisette du topinambour, finesse de la betterave. Si j'ai parfois un peu de peine avec le goût terreux de la betterave cuite, crue elle est étonnamment bien plus intéressante.


Texture, goût et couleur. Qui a dit que les légumes d'hiver étaient tristes ?


 
Bon Appétit !



 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

 

Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #De saison, #Miams salés

Repost 0

Publié le 23 Décembre 2007

Vite, une dernière recette avant les fêtes !
Pour contrer la bise et le froid, je continue dans les soupes. Et pour l'occasion, celle-ci a une petite touche festive, comme une douce odeur de sapin et de bougie parfumée, de pain d'épices et d'exotisme.
Carottes et orange, pour faire le plein d'énergie et de vitamines. Notre organisme, soumis à rude épreuve comme à chaque fin d'année, en a bien besoin. Il faut être en forme pour les fêtes ! La couleur s'accorde aussi pour contraster avec le paysage gris souris de décembre. Du soleil en bol, ça ne se refuse pas.

 

undefined

 

Commencer par faire revenir une échalote dans un peu d'huile d'olive. Ajouter ensuite 7-8 belles carottes en rondelles, ce qui fait 500-600 grammes environ pour deux personnes. Laissez-les suer quelques minutes en remuant puis relever avec un petit peu de cumin en poudre. Les carottes aiment bien le cumin, et ça tombe bien, parce que nous aimons bien les carottes au cumin ! Ajouter aussi des graines de coriandre moulues et une pas-tout-à-fait-demi-cuillère-à-café de piment doux, pour donner un chouilla de force à la douceur des carottes. Couvrir d'eau, un peu au dessus des carottes, et laisser mijoter pour une vingtaine de minutes.
Quand les carottes sont cuites (si si !), passer un bon coup de mixer et ajouter le jus d'une petite orange ainsi qu'une étoile de badiane. Laisser sur le feu 3-4 minutes et enlever l'étoile (faut pas exagérer, c'est fort en parfum cette jolie petite chose !).

Pour le nuage épicé, fouetter de la crème fraîche dans laquelle vous aurez mis une tombée de noix de muscade et un mélange de 5 épices (poivre de sichuan (fagara), cumin, coriandre, cannelle, réglisse, écorce de fruits et anis pour mon mélange, mais la composition varie souvent. Vous pouvez le remplacer par un peu de cannelle pour faire plus simple).
Servez la soupe dans un joli bol, déposer un léger nuage épicé et quelques graines de pavot. C'est prêt !


undefined

Voilà une belle soupe sucrée-salée-épicée. Les carottes sont douces, relevées par la légère acidité fruitée de l'orange. La crème est fraîche et aérienne, agréablement épicée. Une soupe ensoleillée et parfumée, un plat simple mais joyeux qui pourrait, pourquoi pas, trouver sa place en entrée d'un repas de Noël ? Ou tout simplement entre deux jours de bombance, pour manger sain tout en restant dans l'ambiance des fêtes !


undefined
 


Bon Appétit et surtout, très Belles Fêtes Gourmandes à toutes et à tous !




Toutes les recettes de soupes de la cuisine des frangines.



 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

 

Voir les commentaires

Rédigé par San des Frangines

Publié dans #De saison, #Miams salés

Repost 0