Articles avec #les douceurs tag

Publié le 3 Mars 2007

La publicité alimentaire continue plus que jamais à faire des siennes. Il y a tellement à dire depuis quelques semaines que je pense en faire un article à part très bientôt.

J'en ai vue une récemment qui continue dans la lignée de la "nouvelle éducation culinaire des enfants". Vous savez, la tradition familiale moderne, qui veut que le grand-père réclame à ses petites-filles un gâteau au chocolat tout prêt comme mardi, celle où mère et fille annoncent sans ménagement aux casseroles et passoires qu'elles seront désormais au chomage car les pâtes se cuisent désormais au micro-ondes. La nouveauté ? Une gentille maman apprend en s'amusant la cuisine à ses enfants. Quoi ? Les publicitaire se rangeraient-ils enfin de notre côté ? Presque... Car la cuisine se résume ici à casser trois oeufs pour les mélanger à une pâte toute prête. Et hop, "Magique", ça donne des brownies ! Bon, c'est déjà une petite évolution : on ne se contente plus d'ouvrir le sachet pour verser la pâte dans un moule, comme d'autres produits, ici, les enfants voient à quoi ressemble un oeuf. Tout n'est donc pas perdu...

Mon esprit de contradiction (qui, au vu de l'évolution des habitudes alimentaires, passera bientôt pour révolutionnaire) m'a donc poussé à refaire des VRAIS brownies. Et ça tombe doublement bien puisque je vous avais promis cette recette, et qu'en plus une chaîne du brownies a été lancée par Lolotte.

Voici donc la recette, qui comme les cookies est inscrite dans mon cahier de gourmandises depuis de longues années. Mais un avertissement s'impose :

Attention, ce qui suit est complètement magique :
Avec un peu de ceci, un peu de cela, deux ustensiles de magicien-cuisinier, on obtient.... ça !


brownies-2.JPG


Marche à suivre et ingrédients pour le tour de passe-passe :

Il vous faut 200 grammes de bon chocolat. J'ai eu la chance de pouvoir commander du vrai chocolat de professionnel (merci Damien !). C'est du tout bon puisqu'à 70% de cacao, mais surtout, c'est du pur criollo de Cuba.

chocolat-Barry.JPG

Il se présente en pistoles, ce qui est vraiment très pratique pour le doser, et très rapide à fondre.

pastilles-de-chocolat.JPG

Petit rappel en passant : la meilleure manière de faire fondre du chocolat, c'est au bain-marie. Aucun risque de le brûler. Et surtout, oubliez ce mauvais conseil que l'on trouve parfois dans les recettes : n'ajoutez JAMAIS d'eau pour faire fondre votre chocolat, ça ne servirait qu'à faire des grumeaux et empêchera le chocolat de fondre de manière uniforme et lisse.

Donc, revenons aux secrets des magiciens. Faites fondres 150 grammes de beurre (salé, comme d'habitude si vous voulez renforcer le goût du chocolat) et les mélanger à 130 grammes de sucre (de canne toujours pour moi). Ajouter 3 oeufs et 50 grammes de farine. Dans votre chapeau, il est temps de bien mélanger avec votre fouet magique, jusqu'à ce que la pâte soit bien lisse, puis d'ajouter le chocolat fondu et une petite cuillère à café de cannelle.

C'est le moment où chacun peut ajouter sa petite touche personnelle. Pépites de chocolat, cerneaux de noix, noisettes. Ce que je préfère, ce sont des noix de pécan caramélisées. Très simple à préparer : une à deux cuillères à soupe de sucre brun dans un poêle, laisser fondre à feu moyen-doux sans jamais remuer pour former le caramel. Hors feu, ajouter les noix de pécan et bien mélanger. Quand tout s'est bien solidifié, mettre les noix dans du papier cuisson ou cellophane, et écraser avec un rouleau à pâte ou le fond de la casserole qui a servi à faire le caramel ! Ca donne ça :

noix-de-p--can.JPG

Les mélanger à la préparation et verser dans un moule bien beurré. C'est le moment du Prestige (pour ceux qui auraient vu le magnifique film tiré du livre du génialissime Christopher Priest) : cuire au four préchauffé à 180°C pour environ 35 minutes.
Laisser refroidir, et si possible reposer quelques heures pour qu'ils soient plus facile à découper (frais, ils ont tendance à s'émietter un peu).

Et... tadaaaaaaaaaaaaaaaam !

brownies-1.JPG

Le tour est accompli. Les spectateurs n'y ont vu que du feu et leurs yeux sont ronds d'admiration. Il est temps de se régaler et de regarder les dernières petites étoiles de magie s'envoler au-dessus des assiettes...


Bon Appétit !




Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Chocomania, #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 14 Janvier 2007

En sortant de l'avant-première de Stranger than Fiction (L'incroyable destin de Harold Crick), je n'avais qu'une envie : un énorme verre de lait et des cookies maison encore tièdes. Il faut dire que la petite pâtisserie d'Ana est charmante, et que l'écouter énumérer toutes les sortes de petits gâteaux qu'elle prépare est particulièrement alléchant.

Il y a quelques années, je faisais très régulièrement des cookies, mais aussi des brownies hyper-chocolatés. Les amis en raffolaient et ce n'est pas une surprise, moi aussi. Je ne sais pas pourquoi, cela fait quelques temps que je n'en avais plus fait, donnant plutôt ma préférence aux coulants épicés, aux madeleines ou à des tartes.

J'ai donc ressorti mon vieux cahier de cuisine et j'y ai retrouvé LA recette de mes cookies fétiches. Impossible de me souvenir d'où elle provient, cela fait bien 10 ans que je l'ai recopiée dans ce cahier. Elle a été testée et goûtée un nombre incalculable de fois, avec toujours le même succès.



C'est une recette très simple et ultra rapide. Parfaite pour assouvir une envie subite, ou l'arrivée impromptue d'amis pour le goûter du dimanche.
Suivez le guide, ça commence ici :

Faire fondre 100 grammes de beurre et le mélanger avec 75 grammes de sucre de canne (ou de sucre brun). Quand le mélange mousse légèrement, ajouter 1 oeuf, bien mélanger, puis 100 grammes de farine, 50 grammes de poudre d'amandes et des pépites de chocolat.

La partie la plus longue de la recette est celle du dressage, sur une plaque protégée par du papier cuisson : prélever la pâte avec 2 cuillères et former des petits ronds légèrement aplatis.



Enfourner pour une dizaine de minutes au four préchauffé à 200°C.
Juste le temps de vous servir un grand verre de lait, ou de préparer du thé.


Le goûter est servi !

Ces cookies sont tout simples et bien moelleux. Vous pouvez bien sûr y ajouter d'autres ingrédients à votre guise, mais c'est comme ça que je les préfère, encore tièdes et accompagné d'un grand verre de lait.
Et si vous êtes sages, bientôt peut-être, la recette des non moins fameux brownies.


Bon Appétit !
Et si votre douce est cuisinière, pensez au bouquet de farines (bunch of flours), ça change des fleurs et ça peut toujours servir ^___^



 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2006

Pour compléter mon dessert de Noël épicé, composé du coulant au chocolat pimenté et de la glace vanille-miel-cannelle, voici le coulis que j'avais imaginé et que j'ai enfin pu tester.

Ce coulis, très simple et rapide à préparer, utilise des ingrédients de saison et reste dans l'esprit Noël & Epices proposé pour la huitième édition du "A vos casseroles" .


Coulis de mandarine, citron vert et anis étoilé.


Commencer par faire un caramel clair avec 15 à 20 grammes de sucre (de canne pour moi, puisque je n'utilise plus de sucre raffiné).


Dans une petite casserole, faire chauffer le jus de 4 mandarines et d'un demi citron vert. Y laisser infuser quelques minutes une étoile de badiane. Ajouter une demie cuillère de fécule bien délayée pour que le mélange épaississe un peu.


Enlever la badiane et verser doucement le jus des mandarines dans le caramel. Bien mélanger et laisser cuire à petit feu encore quelques minutes jusqu'à ce que le coulis prenne une consistance légèrement sirupeuse. Laisser refroidir puis servir avec le coulant au chocolat et la glace vanille-miel-cannelle.




Le coulis est parfumé et légèrement acidulé. Il s'accorde parfaitement avec la force du chocolat et donne une petite pointe de folie à sa robustesse. En servant ensemble la glace, le coulant et le coulis, l'harmonie des couleurs est complète (vanille, cacao et mandarine). Contraste des textures et des températures, équilibre des goûts, mélange des épices qui se complètent en bouche sans que l'une ne prenne le pas sur les autres.


Bon Appétit et Belles Fêtes à tous !





Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 18 Décembre 2006

Le thème du 8ème A Vos Casseroles du site incontournable de Marie-Laure étant "Noël & Epices", je ne pouvais m'empêcher d'y participer en présentant ma recette de dessert fétiche : mon coulant au chocolat au piment.


La recette, vous la connaissez déjà depuis maintenant une année, à quelques jours près. Mais je vous avais promis de longue date la recette de la glace vanille-miel-cannelle qui va avec. Les fêtes approchant à grands pas, c'est le moment où jamais de vous la présenter afin que vous puissez réaliser ce



Dessert de Noël épicé :
Coulant au chocolat pimenté et sa glace vanille-miel-cannelle



Pour la glace, chauffer 30 cl de lait entier et 20 cl de crème dans lesquels vous aurez déposé une belle gousse de vanille fendue et consciencieusement grattée jusqu'au dernier grain !


Battre 3 jaunes d'oeuf avec 60 grammes de sucre et y verser doucement (afin de ne pas "cuire" les oeufs) le mélange lait-crème en mélangeant énergiquement.
Faire chauffer la préparation quelques minutes jusqu'à ce qu'elle épaississe légèrement. Attention à ne pas la laisser bouillir !
Y ajouter une belle cuillerée de miel ou deux, selon sa force, et une cuillère à café de cannelle.


Bien mélanger et laisser refroidir au réfrigérateur avant de faire prendre dans une sorbetière.

Préparer les coulants au chocolat et au piment en suivant la recette de base, où vous apprendrez également la genèse de cette recette "hommage à Quetzalcoatl" que j'adore.



Ne reste plus qu'à servir et à s'attabler pour déguster le coulant encore chaud et fort en chocolat et son contraste glacé.



Chaud et froid, cacao et vanille, force et douceur.


J'avais pensé à un petit coulis orangé et acidulé pour un dernier contraste de couleur et de saveur. Peut-être mandarine-badiane ? Je n'ai pas encore eu le temps de tester, mais promis, je vous tiens au courant avant les fêtes ^_____^



Bon Appétit !




Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Les Douceurs

Repost 0