Articles avec #de saison tag

Publié le 30 Octobre 2007

J'aime beaucoup les lentilles. C'est un aliment que je ne connaissais pas vraiment, mis à part la salade qu'une tante ou l'autre amenait lors des fêtes de famille. J'ai commencé à en cuisiner il n'y a pas si longtemps mais depuis, je me rattrape : j'en fais tout le temps ! Principalement sous forme de dhal indien, dont la recette varie selon mon envie du moment, mais aussi en soupe, pour changer de la totale légumes.

Cette fois j'ai utilisé des lentilles corail, mes préférées, achetées dans une épicerie indienne par sac de 2 kilos, mais vous pouvez faire la recette avec n'importe quelle sorte de lentilles, c'est aussi très bon !
 
lentilles-corail-2.JPG


Pour quatre personnes (ou pour deux repas de deux personnes, j'aime bien en faire plus pour en avoir en réserve, toute prête à réchauffer), faire revenir dans un peu d'huile d'olive un bel oignon (rouge pour moi, j'ai joué toute la recette sur la gamme du rouge-orange, peut-être pour faire un clin d'oeil à l'automne ?). Y ajouter 2-3 carottes émincées en petits dés pour qu'elles cuisent rapidement, les faire revenir avec l'oignon puis ajouter 400 grammes de lentilles bien rincées à l'eau fraîche.
C'est le moment de faire intervenir les épices. Cette fois, j'ai testé ce mélange : une demi-cuillère à café de cumin en poudre, pareil de piment doux, un peu moins de curcuma, un peu plus de coriandre en poudre ou fraîchement écrasé au pilon avec quelques baies de poivre mélangé. Pas de sel pour l'instant, les lentilles n'aiment pas ça et durcissent à la cuisson, on en ajoutera à la fin au besoin. Bien touiller tout ce petit monde, jolie couleur, non ?



soupe-de-lentilles-carottes.JPG

Mouiller avec environ 1,5 litres d'eau, ajouter un chouilla de concentré de tomates (ou deux tomates réduites en dés lorsque c'est la saison). Bien mélanger et laisser mijoter pendant 25-30 minutes.

Pendant ce temps, préparer l'ingrédient secret qui change tout : le yaourt citronné. J'ai pris l'habitude d'en servir quand je cuisine indien, ou juste avec un dhal tout simple. C'est redoutable et c'est ultra fastoche : il suffit de mélanger un yaourt nature (les plus gourmands prendront un yaourt à la crème, vendu sous le drôle de pseudo de yaourt à la grecque) avec un demi jus de citron ou de citron vert.

Quand les carottes sont cuites (si si !), passer un rapide coup de mixer dans la soupe, histoire d'homogénéiser tout ça, et servir sans tarder avec quelques pluches de coriandre fraîche.
 


soupe-lentilles.JPG

 

La soupe est veloutée, crémeuse, épicée mais douce. Un régal ! Pour rester dans la couleur, je vais sans doute la tester la prochaine fois avec des dés de courge à la place des carottes.
Ne pas oublier le yaourt au milieu de la table, ce serait dommage de se priver de faire de jolis petits dessins dans son bol de soupe !



soupe-de-lentilles---yaourt.JPG

Le contraste chaud-froid apporté par le yaourt et son petit goût citronné sont un réel plus dont j'aurais du mal à me passer. Regardez-bien la spirale, faites-moi confiaaaance, testez et donnez m'en des nouvelles !
 


Bon Appétit !

 
 
Les autres recettes de soupes dans la Cuisine des Frangines.


 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Miams salés, #De saison

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2007

Ayé, la bise est de retour. Alors oui, elle a chassé la brume qui rendait les petits matins bien gris, mais en contrepartie, elle dénude impudemment les arbres de leurs belles feuilles mordorées, et ne se gêne pas plus, l'effrontée, pour transpercer nos couches d'habits d'hiver, vite ressortis des armoires ! 

C'est le retour des plats chauds et réconfortants, des pots-au-feu, des potées, de la choucroute et même déjà des fondues ! Sans oublier les reines de la saison froide, les soupes. De la soupe ? Mais le titre de l'article ne parlait pas de compotes ? Vous avez raison et j'y viens, justement. Si en été on se plaît à croquer des fruits de saison gorgés de soleil, quand il fait froid, cela parait moins évident. Les vergers et les potagers se reposent pour pouvoir nous offrir leur meilleur au retour des beaux jours, nous laissant en réserve les fruits de garde.



fruits-hiver.JPG

Après avoir préparé les légumes pour votre pot-au-feu ou votre soupe, qui cuit gentiment sans besoin de trop de surveillance, pourquoi ne pas prendre cinq minutes de plus pour préparer des fruits ? L'éplucheur, la planche à découper et le couteau sont déjà sortis, alors profitons-en !
Rien n'est plus simple à préparer qu'une compote, sauf peut-être un oeuf au plat, mais c'est un autre chapitre. Faire chauffer un petit peu d'eau au fond d'une casserole, y ajouter le jus d'un citron et les fruits découpés en dés. Quelques épices, on laisse cuire une quinzaine de minutes ou un peu plus, on sucre raisonnablement, on écrase à la fourchette et c'est prêt !
Pour les fruits, le grand classique, c'est bien sûr la pomme. Avec un peu de gingembre, une pincée de canelle et une étoile de badiane, c'est un régal au goût d'enfance.
 


compote.JPG

 
Mais comme pour les soupes, toutes les variations sont possibles. Avec des poires et de la vanille, plus raffiné. En mélangeant pommes et poires, ou puisque c'est la saison, des coings avec une gousse de vanille, ou une compote panachée pommes-coings. Il reste des prunes et des pruneaux ? Pourquoi pas une compote de prunes à la cannelle ? Avec un peu de vin rouge comme liquide de cuisson, voilà un joli dessert pour clore un repas de chasse. Variez les mélanges de fruits et testez des alliances épicées, ça fait toute la différence ! Et pourquoi ne pas ajouter le jus d'une orange pour changer ?

Concernant l'écrabouillage, il y a plusieurs écoles. Certains laissent simplement les dés de fruits entiers, juste pochés. D'autres pratiquent le mixage sans pitié, version régression bouillie pour bébé. Je préfère que ma compote ait encore un peu de texture, et je l'écrase donc grossièrement à la fourchette.

Faites-en plus que simplement pour le dessert du soir. La compote se conserve très bien plusieurs jours au réfrigérateur, et pourra être dégustée au goûter avec le même plaisir. Il m'arrive même d'en faire le soir pour la manger le lendemain matin, c'est un petit-déjeuner délicieux et vitaminé. Avec un jus d'orange frais pressé, auquel on aura ajouté le jus d'un demi-citron, vous voilà prêt à braver le vent et le froid du grand extérieur !
 

Bon Appétit et n'oubliez pas votre écharpe !

 

Une magnifique recette de compote de coings au carcadé chez Catherine.
 

 
 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #De saison, #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 1 Octobre 2007

Déjà...
Le vent retrouve de la vigueur et les jours racourcissent. La brume reprend petit à petit du terrain à la douceur des rayons du soleil. L'automne est déjà là.

Le week-end dernier passé en Valais ne m'a plus laissé le moindre doute à ce sujet. C'est la période des vendanges. Les raisins dorés et sucrés sont récoltés pour être pressés, mais heureusement également pour être picorés par des doigts gourmands, à l'occasion d'une brisolée par exemple !


raisins.jpg

 

Mais c'était également la dernière occasion de profiter des petits fruits tardifs. Framboises d'automne ou encore dernières groseilles, d'un beau rouge vibrant, gorgées du soleil de l'été. Pouvoir faire des confitures aussi tard dans la saison, c'est le privilège des jardins d'altitude !

 

 
branche-framboises.jpg
Et ce ne sont pas celles de mon balcon cette fois, mais celles du jardin de mes parents !
 


Pour la confiture de framboises, c'est vraiment tout bête. Une belle récolte de framboises bien mûres, dans une casserole avec un jus de citron et 700 grammes de sucre de canne par kilo de fruits. Mener à ébullition et cuire jusqu'à ce qu'une goutte de confiture déposée sur une assiette froide ait la consistance voulue.



framboises-confiture.jpg



Il y a une épice que j'adore avec la framboise, c'est la badiane. Essayez, pour changer, d'ajouter à la cuisson de votre confiture une de ces jolies étoiles d'anis, vous serez surpris comme son parfum boisé rappelle à la framboise son origine sauvage. Mais attention à ne pas trop en mettre pour ne pas couvrir l'arôme délicat de la baie, la badiane a un pouvoir aromatique très puissant. Et dans ce cas, une moitié d'étoile vaut mieux que toute une constellation !

 

 


confiture-de-framboises.jpg

 
Mettre en pots, préalablement lavés et chauffés, fermer immédiatement et une fois refroidis, les conserver précieusement pour retrouver, tout au coeur de l'hiver, un odorant rayon de soleil sur ses tartines. J'avoue, j'en ai déjà ouvert un, et j'ai rarement goûté une confiture aussi parfumée. L'ouverture du pot m'a plongé le nez et la tête toute entière dans une pleine récolte de framboises, un vrai bonheur instantané comme l'odorat sait si bien en déclencher.
 


Comme j'ai eu la surprise de découvrir encore de belles groseilles cachées au milieu du feuillage buissonnant, ni une ni deux, la super casserole à gelée (qui en vrai s'appelle extracteur de jus) de ma grand-mère a été mise à contribution.



casserole-a-jus.jpg
 

Cette casserole est encombrante mais géniale ! Absolument indispensable pour faire des gelées et des sirops, mais aussi simplement du jus qui est directement stérilisé-pasteurisé (grâce à la vapeur) et se conserve donc très longtemps.
Et hop ! La moindre dernière petite groseille y est passée, sans pitié aucune. Comment ça marche ? Le récipient du fond est rempli d'eau et la casserole est chauffée pour faire de la vapeur, qui va faire éclater les fruits et libérer leur jus. Les fruits sont mis dans une sorte de passoire qui laisse s'écouler le jus dans le récipient central, où il est recueilli grâce au tuyau. Euh, je suis pas vraiment sûre que ce soit très clair. Mais en gros, vous avez compris, hein ?


groseilles-jus.JPG

Une fois le jus extrait, le mettre dans une casserole avec 700 grammes de sucre par litre de jus. Porter à ébullition et laisser cuire jusqu'à la consistance désirée. Pas besoin d'ajouter quoi que ce soit pour faire prendre la gelée, la groseille est suffisamment riche en pectine et le fait donc très bien toute seule ! Je n'ai jamais utilisé de sucre gélifiant. Du sucre normal ou de canne, comme d'habitude dans ma cuisine, font très bien l'affaire.


Gelee-de-groseilles.jpg

 

Et voilà encore quelques réserves colorées pour l'hiver. Vives les tartines et Bon Appétit !





Autre recette de confiture dans la Cuisine des Frangines :

- Confiture de courge aux épices
- Confiture fraises-rhubarbe à l'orange





 

Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #De saison, #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 7 Septembre 2007

Hier, c'était le Jeûne genevois. Et le jour du Jeûne, on ne jeûne pas, on mange des tartes aux pruneaux ! Je vous avais parlé de tout ça l'année passée avec la recette qui va avec. Pour varier cette fois-ci, j'ai repris la même recette mais version mini. C'est bien sympa les tartelettes, pas plus long à faire et chacun a droit à sa petite tarte rien que pour lui. J'aime bien ce principe !

Du coup, j'ai envie de faire des tartelettes à tout ! Pour aujourd'hui, ce sera la version aux nectarines. En piochant un ingrédient dans ma corbeille de fruits (une lime) et un autre sur mon balcon-potager (du thym-citron), ça donne quelque chose d'original et de très sympa.



nectarines-lime-thymcitron.JPG

 

Mais commençons par le commencement, à savoir, la pâte. Quand on a une recette rapide et délicieuse, pourquoi en changer ? Je continue donc à faire ma pâte sablée maison au robot.

Hop, pour 4 personnes, 120 grammes de farine, 60 grammes de sucre (de canne complet bio pour moi, tellement meilleur !), 60 grammes de beurre froid, 25 grammes de poudre d'amandes et une pincée de sel. Tout dans le robot pour quelques tours de lame jusqu'à ce que le mélange devienne sableux.



pate-sablee-robot.JPG
Ajouter ensuite un oeuf et faire tourner encore un tout petit peu jusqu'à ce que ça devienne lisse. Sortir le mélange et former une boule de pâte.



pate-maison.JPG

Si elle est trop sèche, ajouter un peu d'eau, si au contraire elle est un peu trop humide, ajouter un peu de farine. L'emballer dans du cellophane et l'oublier au frigo pour quelques heures (si vous vous y êtes pris à la dernière minute, vous pouvez la mettre au congélateur).

Coupez la pâte en 4 parties égales, et étalez-là directement dans le moule avec les doigts. C'est bien plus simple qu'au rouleau, rapide et rigolo. Répartir des fins quartiers de nectarines, un joli filet de miel liquide (j'utilise un délicieux miel d'asphodèles ramené de Sardaigne par une amie. Merci Rachel ! Et selon l'usage mythologique, il a bien un goût d'enfer, mais dans le bon sens du terme !), quelques gouttes de jus de lime et pour finir, quelques feuilles de thym-citron.


tartelettes-nectarine.JPG
 
Confiez vos tartelettes au four préchauffé à 200°C pour une vingtaine de minutes. Comme d'habitude, la température et le temps de cuisson dépendent de votre four. Et voilà, c'est prêt ! Il ne reste plus qu'à déguster !
 


tartelette-nectarine-finie.JPG

Ces petites tartelettes sont toutes simples mais délicieuses. La pâte ressemble à un biscuit, le jus des nectarines, sucré par le miel, est légèrement acidulé par le jus de lime et rehaussé par la saveur subtile du thym-citron. Un régal fruité de saison qui ne demande pas de passer la journée aux fourneaux. Enjoy !
 

Bon Appétit !

 
 
 
Les autres tartes dans La Cuisine des Frangines :
  Salée : Tarte à la tomate et à la moutarde


 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #De saison, #Les Douceurs

Repost 0