Publié le 20 Février 2008

C'est vrai, je l'avoue. Je ne mange pas tous les jours mes 5 portions de fruits et légumes. Bouh, pas bien, vilain. Je sais, je sais. Pourtant, sur toute une journée, ce n'est pas grand chose 400 grammes ! Oui mais, le chocolat, ça compte pas...

Pour me rattraper, je me fais parfois un délicieux smoothie en guise de petit déjeuner. D'accord, ce n'est pas ce qu'il y a de plus rapide avant de partir au boulot. Mais le week-end ou les jours de congés, c'est parfait !

 

 
undefined

 

 


Mais, elle nous parle d'une recette pour le petit déjeuner, et elle nous montre une photo avec du chou ?

Et oui, l'intérêt de cette boisson est bien sûr de consommer des fruits, mais aussi des légumes. Le tout est simplement mixé, avec un peu de liquide pour que l'on puisse le boire.
Certains y ajoutent du yaourt ou d'autres ingrédients plus ou moins intéressants en complément, je le préfère tout simple et naturel.
Autre spécificité non négligeable, tout ce petit monde est cru ! Dégusté l'estomac vide, c'est un condensé de bonnes choses qui remplira votre organisme pour bien le réveiller : minéraux, vitamines, fibres, oligo-éléments... Une vraie cure de jouvence dans un verre !


undefined

Mais comment qu'on fait ?
C'est vraiment pas compliqué. Vous avez un mixer ? Alors vous savez le faire.

Choisissez des fruits et des légumes de saison (j'insiste), selon vos préférences. Ici, j'ai testé avec 2 poires, une carotte, 1 orange (pulpe et jus) et 2 petites feuilles de chou vert frisé.
Mais vous pouvez le faire avec des pommes, des bananes, du pamplemousse, des kiwis, de l'ananas, de la betterave... Et profitez-en pour ajouter du vert : feuilles de chou, feuilles de bettes, fanes diverses, et bientôt pousses d'épinard !

Peler ce qui doit vraiment l'être (je ne le fais pas pour les poires, les pommes, ni pour les légumes fanes tout jeunes, afin de conserver le maximum de fibres et de vitamines), enlever les pépins et couper en morceaux pour que cela puisse passer au mixer. Ajouter un peu d'eau et wizzzzz ! Actionner la machine.
Il faut que la préparation puisse se boire, mais elle doit rester suffisamment dense pour pouvoir être "mâchée", ce qui n'est pas désagréable du tout et permet aussi de faciliter la digestion.


undefined

 

 

Avec les saisons, le goût et les bienfaits s'adapteront : fraises, framboises, pêches, melon, nectarines, abricots, mangue, pousses d'épinard, feuilles de menthe... Toutes les associations sont permises, alors n'ayez pas peur et lancez vous !
Pour vous donner des idées, jetez un oeil sur le blog de Nanoune, elle a déjà beaucoup parlé des smoothies et il y a plein de bonnes idées de mélanges à tester.

 

 

 


Autres idées de boissons dans la Cuisine des Frangines :

- Thé froid maison
- Sirop de fleurs de sureau

 

 

 

 

 

 

 

Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #De saison, #Cru et vegan

Repost 0

Publié le 13 Février 2008

Je ne sais pas vous, mais j'ai tendance à laisser traîner mes yeux dans les files des caisses au supermarché, souvent sans vraiment y prêter attention. Mais parfois, j'y vois des choses tellement saugrenues que je ne peux m'empêcher de me poser des questions : des haricots surgelés en pleine période des délicieux haricots frais, du lait light (si si, ça existe !) perdu au milieu de paquets de chips, de bouteilles de soda et de plats tout prêts, et... des fraises en février !

undefinedFraises sur mon balcon, sous la neige, en janvier 2007.


Hier soir, alors que j'achetais de quoi faire une bonne petite soupe d'hiver (carottes, pommes de terre et poireau) en rentrant du boulot, la dame devant moi achetait deux belles barquettes de grosses fraises, qui ressemblaient plus à du plastique qu'à des fruits. J'ai eu soudain un gros doute sur la date à laquelle je vivais, mais les décorations en coeurs présentes partout m'ont confirmé que nous n'étions bien que début février...

Mais que peuvent bien faire des fraises en supermarché à cette date ??? Cette fois, ça dépasse vraiment les bornes. Ces dernières années, j'ai rongé mon frein en voyant apparaître dans les commerces et sur les sites de cuisine des fraises ou d'autres fruits et légumes plusieurs semaines voire plusieurs mois avant leur saison, toujours plus tôt. Mais là ! Les fraises sont des fruits d'été ! Des fruits qui ont besoin de chaleur et de soleil pour rougir de bonheur et développer leurs arômes incomparables.


undefinedFraises sur mon balcon en septembre 2007.


Quel intérêt y a-t-il à faire pousser des fruits d'été au coeur de l'hiver ? P
as honteux pour deux sous, ils en font un argument commercial imparable en les vendant dans des petites barquettes en forme de coeur, ça au moins, c'est de saison ! Et pour nous donner bonne conscience, ils indiquent bien visiblement que les fraises sont pleines de vitamines C. Enfin dans ce cas-là, elles sont surtout pleines d'eau...

Le monde est fou, et l'industrie agro-alimentaire encore plus. Vous allez me dire que c'est pareil pour les tomates, et vous aurez raison... Tous ces fruits sont cultivés sous serres, bien souvent hors-sol. Non seulement ils n'ont aucun goût et leur texture est horrible. Qui connait encore le "vrai" goût des fruits et des légumes ? Mais en plus, ce type de cultures est extrêmement coûteux en énergie et très polluant.

Il ne tient qu'à nous de boycotter cette folie et de ne pas nous laisser avoir par ces arnaques environnementales et gustatives.

Alors pour la Saint-Valentin, plutôt qu'acheter une triste barquette de fraises fades, préférez des fleurs ET du bon chocolat ! Et pour l'occasion, je vous offre un petit bouquet d'anémones, cueillies sur mon balcon ce matin. ^_____^

undefined


Suite à cet article : Ras la fraise !
Et la campagne contre les fruits et légumes hors saison, à lire et à signer ici : Ras la fraise !
Retrouvez les coups de gueule de la cuisine des frangines : Ras l'blog !
Et suivez les saisons au fil des recettes "De saison" !


Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San

Publié dans #Ras l'blog !

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2008

Sur le meilleur forum culinaire du monde (si si, puisque je vous le dis !), il y a plein de gens sympas et gourmands, qui partagent leurs recettes avec bonheur et dans la bonne humeur. Et quand des gens gourmands et sympas se rencontrent en vrai pour parler de choses gourmandes et sympas, ils apportent de délicieuses petites choses à grignoter. La spécialité de Nina et Sébastien, ce sont les petits cannelés moelleux à l'orange et au safran. Des petites merveilles originales et parfumées, dont on a du mal à se passer une fois qu'on y a goûté. Vous serez prévenus !
 
La recette originale vient de Julie cuisine, et était prévue pour un moule à manqué. J'ai réduit les proportions par deux et gardé la version mini-bouchées que je trouve particulièrement irrésistible et plus pratique à manger que le gâteau.
L'originalité de la recette vient de l'association orange-safran-huile d'olive, assez étonnante pour un dessert. Mais aussi de l'utilisation plutôt inhabituelle qui est faite de l'orange : elle passe toute entière au mixer ! Cette méthode a l'avantage d'être plus rapide que de presser le jus après avoir prélevé les zestes, mais elle permet aussi de garder tout le parfum de l'agrume. Choisissez donc de préférence des oranges bio, si possible non traitées puisque toute la peau sera consommée.


undefined

Commencez par laisser infuser une dose de safran (en poudre ou en filaments) dans 10 cl de bonne huile d'olive fruitée. Découpez en quartiers une belle orange (idéalement bio, non traitée, à peau fine) que vous aurez lavée et séchée, et réduisez-la en purée au mixer. Mélangez avec l'huile au safran puis ajoutez 200 grammes de sucre (toujours du sucre de canne pour moi) et deux oeufs, un à un. Dans un autre récipient, mélangez 75 grammes de farine, 1/4 de sachet de poudre à lever, 50 grammes de poudre d'amandes et une pincée de sel. Mélangez les deux préparations et répartir dans des petits moules à cannelés, ou d'autres formes selon vos envies ou vos ustensiles.
Cuire dans un four préchauffé à 180°C jusqu'à ce que ce soit bien doré. Le temps de cuisson dépend de la taille du moule et de votre four. Pour mes moules à cannelés en silicone,  j'ai compté environ 35-40 minutes. Vous pouvez tester le degré de cuisson avec un cure-dent, ou attendre qu'ils aient l'air "presque trop cuits".

undefined

Ces petits gâteaux sont vraiment étonnants. Croustillants à l'extérieur mais terriblement moelleux à l'intérieur, ils sont très parfumés et pas trop sucrés. Un peu déstabilisant au début, le goût du safran est bien présent mais se marie parfaitement avec le fruité de l'orange. Addictif, je vous l'avais dit !

undefined

Pour corser un peu le tout, vous pouvez réaliser un sirop avec le jus d'une demi-orange et 50 grammes de sucre. Porter à ébullition, laisser cuire quelques minutes puis, hors feu, ajouter une cuillère à soupe de rhum et verser sur les bouchées tièdes. Je n'ai pas encore testé car les moelleux sont déjà vraiment très bons sans le sirop, mais ça ne peut vraiment pas être mauvais !

Et, tiens... C'était mon premier article de trentenaire. Z'avez-vu une différence vous ? ^_____^


Bon Appétit !


 
Les autres recettes sucrées des Frangines.


 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

Voir les commentaires

Rédigé par San des Frangines

Publié dans #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 13 Janvier 2008

Ca y est, les fêtes sont finies et la nouvelle année a déjà bien commencé. Pour nous donner un peu de courage, il en faut pour affronter les journées grisouilles et le retour au train-train quotidien, je vous propose de rester dans une ambiance extra-ordinaire. Un décor gourmand, des tables élégantes et un menu qui met les papilles en joie, bienvenue au restaurant de l'Abbaye.

 

undefined

 


Je vous avais déjà présenté Damien Germanier alors qu'il officiait à la Table d'Hôtes. Après deux ans dans ce charmant petit restaurant sédunois, le voilà qui se lance dans une nouvelle aventure en devenant le chef du Relais du Valais. Au coeur de Vétroz, une grande bâtisse du XVIIIème siècle réunit une brasserie, où vous pouvez déguster des plats traditionnels valaisans, une oenothèque fort bien garnie (quelques 400 crus valaisans y sont proposés) et un restaurant gastronomique.  

undefined

La salle est chaleureuse et accueillante, murs d'époque aux couleurs d'aujourd'hui. L'ancien prieuré est devenu temple de la bonne chère où l'on se laisse volontiers convertir aux plaisirs de la table.

Pour vous faire envie, voici quelques impressions du menu Séduction. A chaque plat correspond un vin, toujours parfaitement choisi, qui complète et enrichit la découverte. Cela fait partie de l'aventure, il serait dommage de s'en priver !


Installez-vous, les fauteuils sont très confortables, et pour vous mettre encore plus dans l'ambiance, imaginez un discret fond sonore aux accents de Katie Melua...

undefined

* On commence avec l'amuse-bouche, Crème de chou-fleur au caviar d'Aquitaine.
Très onctueuse, la crème est aérienne, juste tiède. Le caviar, grains anthracites sur le velours laiteux, ajoute une petite touche salée et iodée à la douceur de l'émulsion. Quelques morceaux de chou-fleur croquant pour la texture, et nous voilà impatients de découvrir la suite du repas !

* Fondant de foie gras de canard aux pommes, pain à la cannelle et petite brioche
Une entrée traditionnelle, mais proposée avec originalité. Le foie gras, délicieusement fondant, est entouré d'une gelée de granny smith et de pain d'épice. La cannelle se marie parfaitement avec le foie gras, et le côté naturellement acidulé de la pomme vient taquiner les papilles séduites par l'onctuosité du fondant. En décoration, une rouelle de pain d'épice croustillante, quelques morceaux de pommes safranés et une délicieuse vinaigrette balsamique. Sans oublier la délicieuse petite brioche ! Equilibre parfait, accompagné d'un ermitage de Venthône.

Et si vous osez, cliquez sur la photo : elle vous mènera directement vers la recette, présentée sur le blog du chef.
 
undefined
Crédit photo : Damien Germanier


* Pavé de Bar de Ligne rôti, fenouils glacés et pistou d'algues
Incontestablement mon coup de coeur de la soirée. Le loup est parfaitement cuit, la peau croustillante et épicée, la chair fondante et goûtue. En accompagnement, de délicieux fenouils glacés, un pistou d'algues très original et une purée de fenouil qui ferait aimer le légume au plus récalcitrant ! Une très belle réussite.
Et la surprise se poursuit dans le verre avec une magnifique découverte : un pinot blanc 2006 de Philippe Darioly à Martigny. Un vin d'une puissance aromatique bluffante, un nez fleuri et parfumé comme je n'en avais jamais senti. Magique.

* Filet de sole rôti, risotto de pommes de terre, contraste de courge et lard fumé
Original le risotto de pommes de terre (pensée émue pour celui qui est de corvée patates en cuisine), et étonnant contraste entre un filet de poisson et une chips de lard ! A nouveau, un plat aux saveurs très intéressantes. Et avec ça, une petite arvine de la Cave de la Pierre, toujours aussi typique et parfaite.

* Cuisse de lapin persillée au gingembre et citron, lentilles du Puy et crème légère de wasabi
Je ne suis pas une grande fan de lapin dans l'assiette (surtout quand on me dit "pense au mignon petit animal avec sa queue en pompon !"), mais je dois bien avouer que là, la viande délicatement relevée avec du gingembre et du citron était délicieuse. Et toujours un accompagnement original : crème au wasabi avec du lapin et des lentilles, il fallait oser. Et il a drôlement bien fait !
Dans le verre, un pinot noir aux couleurs fauves.

* Comme à la Table d'Hôtes, le gigantissime plateau de fromages est toujours là. Et sur la table, tout au long du repas, de délicieux pains, aux graines de courge et aux noisettes.

* Superpositions de textures de chocolat et de Passion
Trois chocolats dans un dessert ? Oui oui, c'est possible ! Même si je n'ai pas été totalement convaincue par la texture du dessert, l'association chocolat-passion est toujours aussi intéressante.
Dans le verre, une superbe Malvoisie flétrie de 2002, avec 5 ans de maturation en fût. Je vous laisse imaginer !

 
dessert-copie-1.jpg
Crédit photo : Damien Germanier

Le repas se termine par un café accompagné de petites douceurs, et par la visite du chef en salle. Et pour ceux qui goûtent à ces plaisirs de volûtes, un fumoir à la décoration virile est à disposition à quelques pas.
 
En cuisine (gigantesque, ça change drôlement de la Table d'Hôtes où il n'y avait de place que pour le chef !), on continue à travailler dur.

undefined

Les assiettes sont dressées avec précision avant d'être amenées en salle, où elles feront le bonheur des pupilles et des papilles des convives.

undefined


Voilà, j'espère que la promenade vous a mis l'eau à la bouche !

N'hésitez pas à faire le chemin jusqu'à Vétroz, la région est magnifique et le restaurant de l'Abbaye est une adresse qui gagne à être connue. Je suis persuadée que l'on entendra de plus en plus parler de Damien Germanier dans le milieu de la haute-gastronomie romande. Retenez-bien ce nom !



Quant à moi, j'y retourne le week-end prochain. Et j'espère secrètement pouvoir y déguster le riz au lait et sa glace au carambar... Damien, si tu me lis, tu sais ce qu'il te reste à faire !



L'adresse :

Le restaurant de l'Abbaye
Route de l'Abbaye 35
1963 Vétroz
Valais - Suisse
+41 (0)27 323 43 44


Le site de Damien Germanier, avec un lien vers son blog, et un autre vers le restaurant.



D'autres avis de bloggeurs sur le restaurant :

Le billet de Chantal
Le billet de Claude-Olivier


 

Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

Voir les commentaires

Rédigé par San des Frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0