Publié le 18 Mai 2006

En vous promenant dans les charmantes ruelles de Carouge, il se pourrait bien que de divins effluves vous attirent vers le n° 12 de la rue Saint-Joseph...



Ne résistez pas et laissez-vous guider par votre gourmandise, elle vous mènera directement à la petite chocolaterie de Philippe Pascoët, lauréat 2006 du Prix de l'Artisanat de Genève. Poussez la porte et profitez des senteurs délicieuses provenant du laboratoire caché juste à l'arrière de la boutique.
Meubles en bois et fèves de cacao, l'endroit est chaleureux. Les pralinés sont élégamment présentés au mur sous une plaque de verre, tels de véritables joyaux. Et ils le valent bien !





Ici, tout est artisanal. Cela se sent... et se goûte ! Aucun doute sur la fraîcheur du chocolat, les pralinés sont confectionnés en petite quantité, chaque jour, suivant la demande.




Laissez-vous conseiller par Madame Pascoët sur les arômes disponibles. Elle connaît parfaitement le travail de son mari et en parle avec autant de passion que lui !




Les tablettes sont magnifiques et leurs arômes originaux.




Ici par exemple, du chocolat à la fleur de sel... Vous connaissez maintenant notre goût pour le beurre salé dans les pâtisseries au chocolat. Et bien à croquer, c'est tout aussi surprenant et irrésistible.




Quant aux pralinés... Que dire sinon qu'ils sont sublimes !
Au fruit de la passion, une vraie merveille d'onctuosité et de parfum.
Au thym, éclatant au palais comme si vous aviez mordu dans une branche !
Au safran, étonnant et exotique.
Au basilic, frais et herbacé.
Au thé, subtil et raffiné.
Badiane, menthe, romarin, réglisse, framboise, cassis... Il y en a pour tous les goûts, tous plus délicieux les uns que les autres. Et sans doute le plus original et le plus connu : la ganache au cigare !  A découvrir !




Alors n'hésitez-pas, si vous passez à Carouge, laissez-vous tenter ! Vous ne serez pas déçus !


L'adresse : Philippe Pascoët, Rue Saint-Joseph 12, 1227 Carouge / Genève



Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par Les frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0

Publié le 16 Mai 2006

La saison de l'ail frais est arrivée ! Sur les marchés bien sûr, mais nous en avons également trouvé en grande surface, serait-ce le signe d'un regain d'intérêt pour cette variété de condiment de saison ?
 
Première constatation, l'ail frais, c'est beau ! Saviez-vous qu'il s'agit du bulbe d'une fleur de la famille des liliacées ?
 


Mais c'est aussi très bon ! Plus doux que l'ail sec, son goût est plus fin. Vous pourrez donc l'utiliser en plus grande quantité sans craindre sa force.

Quelle utilisation ? La même que l'ail de garde : un peu partout ! Pour relever tous vos plats, vos sauces tomates, sublime en cocotte avec de l'agneau et quelques légumes de printemps ou finement taillé pour assaisonner une salade, les possibilités sont innombrables.


 
Comme un légume, il se conserve quelques jours au frais. Pas plus.
Mais en blanchissant les gousses, vous pourrez les conserver plusieurs mois dans de l'huile d'olive, qui gagnera également en saveur.

N'hésitez pas, si vous trouvez de l'ail frais, testez-le ! Vous serez enchanté par ses doux arômes. Et dans quelques semaines, ce sera l'arrivée du merveilleux ail rose.

 
 
Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par Les frangines

Publié dans #De saison

Repost 0

Publié le 14 Mai 2006

Dimanche de mai, grand soleil après quelques jours de pluie. Et si on faisait des muffins pour le goûter ?
Une plaque de pralinoise Poulain sous la main, ça tombe bien il y a une recette à l'intérieur ! Nous l'avons un peu adaptée à notre goût (c'est sûrement psychologique, mais mettre de l'huile dans nos pâtisseries, on n'y arrive pas..) et voilà le résultat.

Pour 8 muffins.

Faire fondre 100 grammes de pralinoise (ou de chocolat Dessert de Cailler, c'est assez proche).
Mélanger d'un côté les ingrédients secs : 100 grammes de farine, 1 cuillère à café de levure, 50 grammes de sucre et une pincée de sel. Et dans un autre bol les ingrédients humides : 75 ml de lait, 1 oeuf, de l'extrait de vanille (4-5 gouttes) et 40 grammes de beurre fondu.
Là, c'est toujours le moment le plus sympa : faire un puits dans le mélange sec et incorporer petit à petit le mélange liquide. La pâte doit être homogène, mais un peu grumeleuse. On y a ajouté quelques cerneaux de noix en morceaux, puis la pralinoise fondue.

Répartir dans des moules à muffins (ou dans des petits moules en papier), beurrés et farinés s'ils ne sont pas en silicone, et enfourner à 200°C pour une quinzaine de minutes.


Le plus difficile dans la recette ? Laisser les muffins refroidir avant de les manger...
Ils sont bien moelleux, aérés et absolument pas secs. Un régal !




Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par Les frangines

Publié dans #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 12 Mai 2006

Ca commence comme un cours de botanique : le thé est plein de bienfaits pour votre santé. Pour profiter de ses vertus anti-oxydantes, buvez notre Ice Tea *machin* et vous vous sentirez jeune, beau, plein de vitalité et vous aurez beaucoup d'amis ! "Buvez mieux, vivez mieux !"

Image : Le Palais des Thés

D’ailleurs, pour bien nous le rappeler, ils sont gentils : ils ont ajouté une petite feuille de thé dans un cercle vert, là, au coin des emballages… Vert, rond, nature : vous pouvez acheter sans hésiter, c’est bon pour votre santé !
Ce qui n’est pas dit, par contre, c’est quelle quantité de thé contiennent vraiment ces boissons (vous aurez deviné, ce n’est pas leur composante majoritaire), et surtout combien de sucre vous avalerez par la même occasion !
Il est bien clair que pour profiter de « tout l’effet du thé », je vais plutôt continuer à boire un vrai thé, vous savez, celui en feuilles, que l’on fait infuser dans de l’eau chaude !

Cette publicité n’est pas la première du genre à me faire bondir. Et depuis quelques temps, les arguments « santé » se multiplient. Un autre exemple ?

Image : Wikipedia

Pour que votre enfant soit plein d’énergie et reste vif toute la matinée à l’école, qu’il se dépense à la récréation et soit heureux avec ses amis, que lui donner à manger le matin ? Des céréales, évidemment ! Car dans les céréales *machin *, il y a
tout plein de vitamines et du calcium (ah non, il faut suivre le petit astérisque, le calcium est dans le lait qu’on y ajoute…) et plein d’autres bonnes choses pour que votre enfant soit débordant d’énergie ! Avec parfois jusqu’à plus de 40% de sucre, on comprend mieux d’où vient toute cette énergie. Mais quand il est écrit bien gros et en couleurs que le produit contient des vitamines, du fer et du calcium, forcément, ça donne bonne conscience. Alors pourquoi proposer une tartine, un fruit et un verre de lait à son enfant alors que tout est réuni dans ces céréales magiques et délicieuses ?

Je me demandais si ces arguments commerciaux avaient un réel impact sur les acheteurs. Et bien c’est pire que ce à quoi je m’attendais... Une étude menée dans 5 pays auprès de 3'000 personnes montre que plus d’un consommateur sur deux s’y laisserait avoir. C’est énorme ! On ne peut pas vraiment qualifier cela de publicité mensongère (quoique…), mais il s’agit bien de berner l’acheteur, en dirigeant volontairement son attention sur les points positifs du produit, tout en rapetissant toujours plus les informations nutritionnelles complètes.

Le Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC) n’est pas resté les bras croisés. Les eurodéputés décideront le 16 mai prochain de l’avenir des ces allégations santé qui servent à promouvoir des aliments riches en sucre, sel ou matières grasses.

En cette période d'affolement sur la santé et d'obésité galopante, particulièrement chez les plus jeunes, il serait temps que chacun prenne ses responsabilités.

Sur ce, je retourne me faire un thé !


A lire également pour ne plus se faire avoir : Dis-moi ce que je mange, les allégations alimentaires


EDIT : Les liens du BEUC changent souvent, ce qui rend parfois les liens de l'article invalides. Pour les retrouver, faites-un tour sur le site du BEUC, dans la section Nutrition et cherchez "Allégations santés" pour retrouver tout leur dossier, très intéressant mais un peu effrayant...



Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Voir les commentaires

Rédigé par Les frangines

Publié dans #Ras l'blog !

Repost 0