Publié le 21 Novembre 2006

Ca y est, la température est passée au dessous des 10°C, le vent et la pluie sont de retour et les premiers flocons arrivent tout doucement. Un temps qui donne envie de se blottir sous les couvertures et de manger bien chaud. Les légumes d'hiver sont là pour ça, et ça tombe bien, on a besoin de vitamines. Gratins ravigotants et gourmands, mais surtout, soupes de légumes, les incontournables de la saison froide !

Les publicités pour les soupes en sachets m'ont toujours fait bien rire. Enfin, d'un rire un peu agacé tout de même, je dois bien l'avouer. Les dernières en date mettent toutes en avant que leurs soupes sont constituées de 80 à 85 % (selon les marques) UNIQUEMENT de légumes ! Incroyable ! Ah bon  ? Parce qu'une soupe de légumes c'est fait à base de quoi normalement ? La question la plus intéressante serait de savoir de quoi sont constitués les 20% restants : fécule, sucre, sel, conservateurs, extraits de ceci et de cela, antioxygène,... Bref, certainement plein de choses bonnes pour notre organisme.
Le plus gros problème de ces soupes en sachet est leur teneur en sel, bien trop élevée, comme dans la majorité des plats déjà tout prêts. Attention donc, consommer des soupes en sachet n'est pas un geste aussi santé et diététique que la publicité veut bien le dire. D'autant que les vitamines sont souvent ajoutées, celles des légumes (surtout les vitamines B et C) souffrant de la déshydratation.

L'autre argument incontournable, c'est le côté "pauvre en graisse" et peu calorique. Ben bien sûr, la soupe, c'est avant tout de l'eau, donc forcément peu gras. Et l'eau, c'est vous qui l'ajoutez ! Mais la "poudre de soupe" contient par contre souvent des graisses végétales hydrogénées, qui même si elles sont présentes en faible quantité sont tout de même des graisses de mauvaises qualités. Mieux vaut donc un peu d'huile d'olive au fond de votre casserole pour faire revenir vos légumes.

Car faire sa propre soupe de légumes ne prend vraiment pas beaucoup de temps. Et inutile de dire que, tant d'un point de vue nutritionnel que gustatif, vous avez tout à y gagner. De l'eau, des fibres et des vitamines. Un bon repas, c'est pas plus compliqué que ça !

Commencez par faire revenir un oignon et de l'ail dans un peu d'huile d'olive. Pour les légumes, vous n'avez que l'embarras du choix : poireaux, carottes, pommes de terre, tomates, navets, courges, tous les légumes s'y prêtent, selon la saison et vos envies. D
étaillés en petits cubes, laissez-les revenir également quelques minutes, pour renforcer leur goût.


Il suffit ensuite de couvrir d'eau, d'ajouter éventuellement un peu de bouillon, un peu de poivre et de sel et selon vos goûts : des herbes (laurier, sauge, thym, persil, basilic,...) et quelques épices (paprika, piment, curry, ras-el-hanout, girofle,...). Laissez mijoter une demie-heure environ, jusqu'à ce que les légumes soient bien cuits, puis passez au mixer. Très finement si vous voulez un velouté ou plus grossièrement pour une soupe plus rustique.

Servir tel quel ou avec une cuillerée de crème fraîche, quelques graines germées ou un peu de cresson dans notre cas.



Accompagnée d'une belle tartine au beurre salé, c'est un régal tout simple et sain. Pour cette fois, c'était une tranche de pain maison au sirop d'érable (promis, la recette suivra !).



Bon Appétit !



Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #De saison

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2006

Pas de recette aujourd'hui, mais une nouvelle adresse gourmande à partager. Nous avons découvert cette boulangerie il y a quelques années déjà, et depuis, "le pain de la Pallanterie" résonne à nos oreilles comme une promesse de bonheur gustatif assuré.




Situé dans une petite zone industrielle aux environs de Genève, "Le Panetier" propose du pain cuit au feu de bois (et les réserves de bois sont visibles jusque sur les marches de l'entrée !). Rien d'exceptionnel ? Et pourtant si.
Il devient de plus en plus difficile de trouver du "vrai" pain en ville, beaucoup de boulangeries ne fabriquent plus leur propre pain mais se contentent de cuire (voire de réchauffer) des pâtons tout prêts, livrés congelés par de grosses entreprises les fabriquant industriellement...
L'uniformisation du goût passe aussi par le pain, malheureusement. Il n'y a qu'à voir le succès de certaines "recettes exclusives" vendues à des franchisés qui reproduisent tous le même pain. Ce que le consommateur veut ? Mon oeil, plutôt ce qu'on lui impose à force de matraquage publicitaire et d'omniprésence sur les étals !





Pas de ça ici, mais de vrais beaux pains cuits au feu de bois, et quels pains ! Pains biologiques, pains au levain, le tout dans un cadre charmant et en bonus, le processus de fabrication sous vos yeux, juste derrière les présentoirs.
La farine provient du moulin de la Pallanterie, qui se trouve à deux pas. Ce moulin fournit de la farine de qualité, dont la provenance est garantie "Genève région - Terre avenir", un label promouvant les produits régionaux et dont nous vous reparlerons certainement.



De magnifiques pains mais aussi quelques douceurs à s'en relever la nuit, notamment des tartes aux fruits sublimes, bien garnies et à la pâte croustillante et légèrement caramélisée par le sucre glace...

Résultat des courses ? Une belle tarte aux pommes :


Et un magnifique pain au levain à l'odeur entêtante :



La bonne nouvelle ? C'est ouvert même le dimanche ! Plutôt pratique en cas d'envie subite et irrépressible de bonnes tartines à l'ancienne ou de quatre heures gourmand.




Bon Appétit !



L'adresse : Le Panetier, four à bois de la Pallanterie, route de Thonon 156, 1222 Vésenaz. Tél : 022/752.57.26



Les recettes de pains dans la Cuisine des Frangines :
- Pain de tous les jours
- Pain aux noisettes, farines mélangées
- Pain au safran




Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0

Publié le 7 Novembre 2006

Les dernières feuilles tremblent à l'arrivée du grand froid. C'est le dernier moment pour vous présenter le traditionnel repas automnale du Valais. Dès le début des vendanges et jusqu'à la fin de la saison des raisins, c'est la période de la brisolée.
Autour de Fully, de nombreuses châtaigneries fournissent l'aliment de base de ce repas paysan simple et convivial à l'origine ancestrale : Les châtaignes.


Pour les préparer, il suffit de les tremper quelques minutes dans de l'eau. Enlever celles qui remontent à la surface (elles sont probablement véreuses) et entailler les autres. Traditionnellement, les châtaignes se grillent sur le feu, dans une casserole à trous pendant une vingtaine de minutes, ou dans une brisoloir, sorte de tambour de machine à laver qui tourne sur le feu.


Mais chez vous, vous pouvez les griller au four : il faut compter entre 30 et 40 minutes de cuisson à 200°C environ. Déposez simplement les châtaignes humides sur une plaque au bas du four.

Sur la table, elles seront accompagnées de raisins blancs (chasselas, muscat, rhin...),


mais aussi de différents fromages d'alpages, de beurre, de pain de seigle, de pommes et de noix. Comme boisson, du vin jeune ou du moût feront parfaitement l'affaire.



Souvent servie après les vendanges, la brisolée est toujours signe de belle soirée gourmande au coin du feu, en famille ou entre amis.

Décortiquer une châtaigne, y mettre un peu de beurre et la manger avec quelques grains de raisins. Le mélange des saveurs, des textures, le contraste entre la chaleur de la châtaigne et la fraîcheur des fruits et des fromages, c'est tout cela qui fait de la brisolée un repas si particulier et apprécié de tous.


Bon Appétit !


Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Recettes suisses et Terroir valaisan

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2006

Dans mon courrier aujourd'hui, le journal de la Migros (pour les "non-suisses", c'est une des  enseignes commerciales principales du pays). En le feuilletant, je m'arrête à la rubrique "Mon produit préféré" où deux personnes parlent justement de leur produit favori de ce magasin. Et c'est là qu'arrive la surprise du soir !

Anne-Marie nous parle de son addiction au chocolat 70% cacao du Vénézuela. Tiens, tiens, je connais bien ce chocolat, je l'apprécie même suffisamment pour en avoir fait un petit article il y a peu.


Une des questions traditionnelles de cette rubrique est : "Comment avez-vous découvert ce produit ?". Réponse : "Dans la newsletter du blog de La cuisine des Frangines."

La surprise est géniale ! Je suis très très heureuse d'avoir fait connaître ce chocolat et de voir que je ne suis plus la seule à en être accro ! Mais en plus, ça m'a permis de faire la connaissance d'une lectrice de mon blog. Sans cet article, je n'aurais jamais su qu'une personne que je ne connais pas déguste chaque jour un carré de ce chocolat grâce à notre site. ^___^

600 à 700 personnes différentes passent dans notre cuisine chaque jour. Mais peu sont ceux qui laissent un mot, ou qui donnent un petit signe de leur visite. C'est un peu frustrant, autant de visites et si peu de retour. Les blogs sont-ils devenus si nombreux que plus personne n'a le temps d'écrire un commentaire, de donner son impression, son avis ? Heureusement, il y a quelques e-mails parfois qui font vraiment plaisir. Un remerciement pour une recette qui a fait sensation auprès d'invités d'un soir, ou qui est devenue habituelle à la table familiale. J'ai même reçu quelques photos, c'est toujours une bonne surprise !

C'est comme ça que je conçois un blog, comme un lieu d'échange, de découvertes. Ce genre de petites choses me montrent que ce blog a véritablement un écho dans la vie de certains lecteurs. Ca me rassure et me conforte dans mon envie de continuer cette aventure.

Alors merci à Anne-Marie ! Et merci à vous, fidèles lecteurs ou lecteurs accidentels, qui prenez le temps de me laisser un petit mot, qui après avoir testé une recette m'écrivez vos impressions. Vous qui passez dans notre cuisine, n'hésitez pas, vous avez apprécié la visite ? Faites-le nous savoir ; ) !



Pour voir tous les articles et les reportages télé sur la Cuisine des Frangines : Ils ont parlé de nous.



 
Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Vie du blog

Repost 0