Publié le 5 Avril 2007

Il y a quelques jours, VérO nous annonçait en fleurs l'arrivée du printemps. C'est vrai que nous avons eu droit à quelques rayons de soleil prometteurs ! Mais bien vite, c'était le retour de la méchante bise qui emmêle les plants de menthe et qui amène la grisaille dans le ciel...

Heureusement, il y a des signes qui ne trompent pas. Mes fraisiers (ceux dont le chat n'a pas mangé les petits pousses du moins !) donnent leurs premières fleurs et quelques tendres bourgeons apparaissent dans les différents pots déposés sur le balcon. Je ne sais même plus de quelle espèce florale il s'agit dans ce cas ! Ce sera la surprise.
 

bourgeons.JPG


Tout ça me donne envie de verdure. Peut-être faut-il montrer l'exemple à la nature ? Manger du printemps pour qu'il arrive vraiment ! J'ai donc fait le plein de vert, des légumes qui font la transition entre l'hiver et le printemps.


 

laitue-petit-pois-fenouil.JPG

 
Une belle laitue romaine, des petits-pois frais et un fenouil. Une salade toute verte quoi ! Et pas compliquée en plus. Il suffit de laver la laitue, de cuire les petits-pois 3 minutes dans de l'eau bouillante (les plonger dans de l'eau glacée dès leur sortie du bain pour qu'ils restent bien verts et bien croquants) et de détailler le fenouil en petits dés. La verdure du fenouil est aussi utilisée, mais vous pouvez encore ajouter quelques feuilles de menthe ou de persil, ou tout autre herbe aromatique qui vous fera plaisir !
 
 

salade-printemps.JPG

Pour la vinaigrette, j'ai utilisé de l'huile d'olive aromatisée à l'orange (dont je vous parlerai bientôt). Un vrai délice avec le fenouil ! A défaut, peut-être qu'un peu de jus d'orange frais avec votre huile d'olive habituelle fera l'affaire ? Ou quelques zestes d'orange ajouté dans votre vinaigrette. Ca amène un côté fruité très agréable dans toute cette verdure.


 
Belles fêtes de Pâques à tous !
Bonne chasse aux oeufs et pas de pitié pour les lapins... en chocolat ^___^



 
Le même jour, Béa avait aussi envie de verdure, de printemps et d'association petits-pois fenouil, mais en soupe !
  - Toutes les recettes de salades
 


Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #De saison, #Cru et vegan

Repost 0

Publié le 29 Mars 2007

Vous l'aurez sans doute remarqué en vous promenant sur le net, de plus en plus de sites et de blogs comportent de la publicité, de manière plus ou moins ostentatoire selon les cas, et sous des formes très variées. Certaines sont imposées par la plateforme, d'autres sont choisies par l'auteur du site pour gagner un peu d'argent.

Dans la Cuisine des Frangines, nous refusons depuis le début de mettre des bandeaux publicitaires, même si l'audience actuelle de notre blog pourrait nous ramener un peu d'argent (1 pub nous rapporterait environ 300 euros par année, et 3 pubs, quelque chose comme 750 euros/an !). De quoi nous payer notre connexion internet, nous acheter un nom de domaine et quelques kilos de chocolat dans l'année !

C'est un choix délibéré qui implique des raisons esthétiques mais surtout idéologiques. La publicité est présente partout, poussant toujours plus à la consommation, créant de faux besoins. Difficile de passer à côté : en ville, dans les journaux, à la télévision, nous sommes cernés ! Alors pas question d'en rajouter une couche. Nous avons voulu créer un endroit virtuel chaleureux et accueillant, un lieu de partage et de détente, et nous nous voyons mal y intégrer de la publicité qui n'aurait rien à y faire.

 
nid-d-hirondelle.JPG
Publicité pour de la soupe de nids d'hirondelles à une station de SkyTrain à Bangkok.

 


Ce blog sert à partager une passion, celle du bien manger, de l'éducation au goût. Nous voulons aussi défendre les produits de saisons, de proximité, la consommation raisonnable, consciente et équitable, les petits artisans passionnés. Il serait donc vraiment paradoxal d'y introduire une quelconque publicité pour on-ne-sait-qui ou on-ne-sait-quoi !

Je comprends l'attrait qu'un partenariat avec une marque d'aliments ou de vaisselle peut avoir pour un site parlant de cuisine. Je ne fais pas ici le procès des bloggeuses (de plus en plus nombreuses d'ailleurs) qui se sont lancées dans l'aventure ! Mais quand je présente un produit ou un lieu gourmand, je le fais de manière totalement subjective certes, mais sans aucune pression, et je tiens vraiment à cette indépendance, à cette liberté d'expression que le blog permet.

C'est donc véritablement un choix réfléchi de notre part.
 

 

EDIT 2015 : depuis la nouvelle politique de notre plateforme d'imposer des publicités, nous payons pour ne plus en avoir. Les propositions de partenariats ont explosé ces dernières années, mais nous continuons de ne pas les accepter - même si parfois elles font envie ou proviennent de sites marchands que nous aimons bien et dont nous sommes clientes !


Aux lecteurs, faites-vous attention aux publicités sur les sites que vous visitez ? Cela vous gêne-t-il ou cela vous laisse indifférents ?

Aux bloggeurs, avez-vous choisi de mettre ou non de la publicité sur vos blogs ? Quelles sont vos raisons ?

Je me réjouis de lire vos réactions !




 
Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Ras l'blog !

Repost 0

Publié le 27 Mars 2007

Je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises de desserts thaïlandais : des drôles de choses très sucrées que j'avais dégustées dans les cantines où je mangeais habituellement, et des desserts au lait de coco que j'ai essayé de reproduire à mon retour en Suisse. Et surtout, les fameuses mangues thaïs, le fruit le plus parfumé et le plus savoureux que j'aie goûté à ce jour.

Mais le dessert habituel, quotidien des thaïlandais, ce sont simplement des fruits. Il y en a une telle diversité, formes et couleurs, odeurs et saveurs, les fruits se trouvent partout dans la rue, à acheter, à déguster, à boire. Entiers, découpés, pressés, il n'y a que l'embarras du choix !

fruits-dans-la-rue-2.jpg

Nos collègues arrivaient chaque matin avec leurs petits sachets plastiques contenant une boisson, du riz, leur repas de midi si elles mangeaient sur place, ou des fruits découpés. Nous avions donc pris l'habitude chaque jour, en chemin vers le travail, de nous arrêter à la petite échoppe sur le trottoir en face, pour acheter nous aussi des fruits découpés, à grignoter en chemin ou en travaillant.


fruits-bkk.jpg
*(Conseil de mes collègues thaïlandaises : ne pas acheter de fruits si c'est un homme qui les découpe. "Ils ne se lavent pas les mains" m'ont-elles dit...)


Il suffit de choisir le fruit désiré, et la marchande*
le découpe sous vos yeux avec une dextérité déconcertante. "Schlak, schlak, schlak", en quelques coups de gros couteau, le fruit est taillé en lamelles, déposé dans un petit sac en plastique avec une pique en bois pour les attraper plus facilement. Sur demande, on vous donnera aussi un petit sachet au contenu mystérieux, dans lequel on trempe les morceaux de fruits. Et le mystère ne restera pas entier longtemps : à la première bouchée, on grimace fort ! Il s'agit en fait de sucre, de sel et de piment ! Le mélange est très surprenant, mais vous me croirez ou non, après deux bouchées, on en est déjà complètement accro !

Tous les jours, je mangeais ainsi au-moins une mangue verte. Oui oui, verte ! Si les mangues mûres sont délicieusement parfumées, les mangues vertes sont aussi comestibles. Vous les connaissez peut-être déjà en salade, avec du piment. Mais elles se dégustent aussi tout simplement comme n'importe quel fruit. Plutôt acides, croquantes, elles sont très rafraîchissantes quand il fait plus de 40°C et que l'humidité atmosphérique s'approche dangeureusement de 100%...

mangues-vertes.JPG
Il y a plusieurs sortes de mangues vertes, certaines plus sucrées, d'autres terriblement acides. Ici, la plus claire est la plus acide. Demandez conseil à l'achat, la différence de goût est très marquée.



Pendant plus d'une année après mon retour, impossible d'en trouver ici. Après plusieurs semaines de consommation effrénée, vous imaginez mon état de manque... Heureusement, j'ai fini par en trouver dans une petite épicerie thaï de Genève. Hourra !

mangue-et-m--lange.JPG
Certaines sont vendues directement avec le fameux mélange sel-sucre-piment.


Si l'expérience vous tente, pelez la mangue puis taillez-la avec un grand couteau en lanières plus ou moins régulières.

mangue-d--coup--e.JPG

Trempez ensuite une lamelle dans le mélange et dégustez... Oui oui, je vous vois faire la grimace ! Mais allez-y, reprenez un nouveau morceau...



Etonnant, non ? Et vous verrez, vous aussi vous en deviendrez vite accro !




Autres desserts thaïlandais, avec photos et explications !
Recette d'un dessert thaï : lait de coco, perles de tapioca et mangue.
Article sur les mangues thaïs.

Recettes thaïlandaises salées :




Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Miams d'ailleurs

Repost 0

Publié le 19 Mars 2007

Je vous l'annonçais, samedi c'était l'Evénement chocolaté de l'année à Versoix. Je ne pouvais décemment pas manquer ça, sous peine de passer pour une petite joueuse. Pour tous ceux qui n'ont pu s'y rendre, j'avais promis des images. En voilà plein, avec mes impressions en bonus !



60 kilos ? Mmmmh, ce sera tout juste, mais je prends quand même !


A première vue, pas de grands changements depuis l'année passée. La tente blanche des artisans est toujours à la même place, légèrement plus grande mais il y a également plus d'exposants : en gros, les mêmes chocolatiers que l'an passé, avec quelques nouveaux.

oeuf-g--ant.JPG
Mouillette géante pour petit-déjeuner gourmand.
Sébastien Brocard, de Saint-Genis, chocolatier-pâtissier.


Première remarque après un rapide coup d'oeil : je trouve les stands de qualité très inégale. Certains sont très beaux, colorés, avec une grande variété de produits exposés. Et d'autres semblent plus ternes, avec simplement quelques plaques et boîtes présentées très simplement. Je ne sais pas à quoi cela est dû. Différence d'implication dans la manifestation, manque de temps ou d'envie ?

Je trouve un peu dommage que certaines maisons quasi-industrielles fassent leur apparition dans ce festival alors qu'il y a tant de petits artisans passionnés à découvrir. Mais les vrais amateurs ne sont pas dupes, et la qualité des produits et l'enthousiasme des chocolatiers à présenter leur travail ne trompe pas ! Il y avait également une différence flagrante dans l'offre de dégustation, ce qui est pourtant une des raisons de cette manifestation. Certains semblent rechigner à faire déguster leurs produits... Dommage !
Ce n'était heureusement pas le cas partout.


degustation-Paganel.JPG
 Sur le stand de Paganel par exemple, les dégustations étaient nombreuses et variées.


Je n'ai pas encore trouvé les chiffres de l'affluence, mais à mon avis, il y avait autant de monde qu'en 2006 (15'000 personnes en un jour !), voire même probablement plus. C'est à mon avis un des principaux points à améliorer. Avec trop de monde, les stands sont difficilement accessibles.


foule.JPG
Que ceux qui n'aiment pas le chocolat laissent la place aux autres !


L'ambiance m'a cependant semblé meilleure que l'année passée parmi la foule : aucune aggressivité et moins de bousculade. Pour l'année prochaine, il faudra songer à aggrandir encore la tente, et peut-être à changer la disposition des stands en enlevant ceux du milieu. Une des solutions serait peut-être d'organiser la manifestation sur un week-end ? Je ne sais pas si ce serait possible, pour les organisateurs et les chocolatiers, mais cela permettrait certainement de répartir un peu mieux l'affluence.


poisson.JPG
Poisson d'avril un peu en avance, chez La Bonbonnière de Genève.


A trois semaines de Pâques, poissons, lapins, canards et oeufs étaient les sujets les plus représentés. C'est une occasion unique de voir ces sculptures de chocolat côte à côte, toutes plus originales et alléchantes les unes que les autres.

poisson-chocolat.JPG
La plus étrange (mais originale et belle !), carcasse de poisson chez Brocard.


lapin-Noz.JPG
Lapin adorable sur tortue rigolote chez Noz.



Sculpture en direct toute la journée chez Pascoët.


oeuf----moustaches.JPG
Oeuf moustachu chez Paganel.

Ceux qui connaissent David Paganel auront compris pourquoi. Pour les autres, voici l'explication en image :

Paganel.JPG
Pas de doute sur la paternité de l'oeuf !


canard-Gavroche.JPG
Canard Gavroche chez Noz.


canard.JPG
Et canette coquette chez Paganel.


Mais ce festival est aussi l'occasion de découvrir le travail du chocolat. Si l'exposition consacrée au Vénézuela, pays producteur de cacao, était très décevante (il n'y avait que quelques panneaux mal mis en valeur dans une tente de restauration traditionnelle), les chocolatiers présentaient de manière attractive leur façon de travailler : explications, fèves de cacao, travail en direct,...



Fabrication en direct de petits chocolats aux baies roses à déguster chez Noz.
Tellement délicieux qu'une personne a acheté tout le stock en début d'après-midi !


moule-oeuf.JPG
Moule à oeufs de Pâques chez Paganel.


La fabrique Favarger était également à nouveau ouverte au public. Comme j'avais déjà fait la visite l'année passée, et que la file d'attente était toujours aussi impressionnante, je n'y suis pas retournée.

Mais ce festival c'est avant tout des discussions avec les artisans, la découverte de nouvelles saveurs, le plaisir de voir petits et grands rassemblés autour d'une même passion. Beaucoup d'entre nous d'ailleurs avions la frimousse barbouillée de chocolat... La faute entre autres au Choco Trop Bon de chez Noz.


choco-trop-bon.JPG
Un fond de fondant chocolat, avec une tuile au milieu.


nozchocotropbon.JPG
On recouvre de chocolat tempéré et de crème chantilly...


chocotropbon.JPG
Et ça donne ça... Irrésistible et vraiment Trop Bon !


macarons.JPG
Macarons de toutes les couleurs et de toutes les saveurs chez Brocard.



Explications de truffes chez Wodey-Suchard, de Neuchâtel.


truffes-Wenger.JPG
Et délicieuses truffes à la Damassine et à la Fée Verte (absinthe) chez Wenger, venu du Jura.


Voilà pour cette édition 2007 du Festival du Chocolat de Versoix !

Un grand merci à tous les chocolatiers qui ont travaillé dur pour nous offrir ces petites merveilles. La journée a été très longue pour eux, mais j'espère que nos airs réjouis et gourmands les ont récompensés de leurs efforts !

J'y retournerai sans doute l'année prochaine, me réjouissant de voir comment cette manifestation va évoluer. J'espère qu'il y aura encore un peu plus de place, et que la part belle sera offerte aux petits artisans passionnés de la région.



Voir le reportage de Leelooo  et celui de Rosa sur cette même édition 2007.
Voir le reportage de l'édition 2006 dans la Cuisine des Frangines.
4ème édition du Festival du Chocolat de Versoix en 2008


Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Evénements gourmands

Repost 0