Publié le 30 Octobre 2007

J'aime beaucoup les lentilles. C'est un aliment que je ne connaissais pas vraiment, mis à part la salade qu'une tante ou l'autre amenait lors des fêtes de famille. J'ai commencé à en cuisiner il n'y a pas si longtemps mais depuis, je me rattrape : j'en fais tout le temps ! Principalement sous forme de dhal indien, dont la recette varie selon mon envie du moment, mais aussi en soupe, pour changer de la totale légumes.

Cette fois j'ai utilisé des lentilles corail, mes préférées, achetées dans une épicerie indienne par sac de 2 kilos, mais vous pouvez faire la recette avec n'importe quelle sorte de lentilles, c'est aussi très bon !
 
lentilles-corail-2.JPG


Pour quatre personnes (ou pour deux repas de deux personnes, j'aime bien en faire plus pour en avoir en réserve, toute prête à réchauffer), faire revenir dans un peu d'huile d'olive un bel oignon (rouge pour moi, j'ai joué toute la recette sur la gamme du rouge-orange, peut-être pour faire un clin d'oeil à l'automne ?). Y ajouter 2-3 carottes émincées en petits dés pour qu'elles cuisent rapidement, les faire revenir avec l'oignon puis ajouter 400 grammes de lentilles bien rincées à l'eau fraîche.
C'est le moment de faire intervenir les épices. Cette fois, j'ai testé ce mélange : une demi-cuillère à café de cumin en poudre, pareil de piment doux, un peu moins de curcuma, un peu plus de coriandre en poudre ou fraîchement écrasé au pilon avec quelques baies de poivre mélangé. Pas de sel pour l'instant, les lentilles n'aiment pas ça et durcissent à la cuisson, on en ajoutera à la fin au besoin. Bien touiller tout ce petit monde, jolie couleur, non ?



soupe-de-lentilles-carottes.JPG

Mouiller avec environ 1,5 litres d'eau, ajouter un chouilla de concentré de tomates (ou deux tomates réduites en dés lorsque c'est la saison). Bien mélanger et laisser mijoter pendant 25-30 minutes.

Pendant ce temps, préparer l'ingrédient secret qui change tout : le yaourt citronné. J'ai pris l'habitude d'en servir quand je cuisine indien, ou juste avec un dhal tout simple. C'est redoutable et c'est ultra fastoche : il suffit de mélanger un yaourt nature (les plus gourmands prendront un yaourt à la crème, vendu sous le drôle de pseudo de yaourt à la grecque) avec un demi jus de citron ou de citron vert.

Quand les carottes sont cuites (si si !), passer un rapide coup de mixer dans la soupe, histoire d'homogénéiser tout ça, et servir sans tarder avec quelques pluches de coriandre fraîche.
 


soupe-lentilles.JPG

 

La soupe est veloutée, crémeuse, épicée mais douce. Un régal ! Pour rester dans la couleur, je vais sans doute la tester la prochaine fois avec des dés de courge à la place des carottes.
Ne pas oublier le yaourt au milieu de la table, ce serait dommage de se priver de faire de jolis petits dessins dans son bol de soupe !



soupe-de-lentilles---yaourt.JPG

Le contraste chaud-froid apporté par le yaourt et son petit goût citronné sont un réel plus dont j'aurais du mal à me passer. Regardez-bien la spirale, faites-moi confiaaaance, testez et donnez m'en des nouvelles !
 


Bon Appétit !

 
 
Les autres recettes de soupes dans la Cuisine des Frangines.


 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Miams salés, #De saison

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2007

Le numéro de novembre du "magazine féminin audacieux" est sorti aujourd'hui, avec dans ses pages "Société", un dossier sur les blogueuses suisses romandes. Et devinez quoi ? J'en suis ! ^____^

edelweiss.jpg
Si le coeur vous en dit, allez faire un tour chez les 4 autres blogueuses présentées :

Livia : Le cri du poulpe
Catherine : Kelblog
Marianne : Partie Publique
Stéphanie : Climb to the stars


J'en profite pour souhaiter la bienvenue à toutes les lectrices (et lecteurs, si si, je sais qu'il y en a aussi, ne vous cachez pas !) d'Edelweiss. Bonne balade dans ma cuisine et n'hésitez pas à vous manifester !


Petite revue de presse de La Cuisine des Frangines : Ils parlent de nous.


Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Vie du blog

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2007

Ayé, la bise est de retour. Alors oui, elle a chassé la brume qui rendait les petits matins bien gris, mais en contrepartie, elle dénude impudemment les arbres de leurs belles feuilles mordorées, et ne se gêne pas plus, l'effrontée, pour transpercer nos couches d'habits d'hiver, vite ressortis des armoires ! 

C'est le retour des plats chauds et réconfortants, des pots-au-feu, des potées, de la choucroute et même déjà des fondues ! Sans oublier les reines de la saison froide, les soupes. De la soupe ? Mais le titre de l'article ne parlait pas de compotes ? Vous avez raison et j'y viens, justement. Si en été on se plaît à croquer des fruits de saison gorgés de soleil, quand il fait froid, cela parait moins évident. Les vergers et les potagers se reposent pour pouvoir nous offrir leur meilleur au retour des beaux jours, nous laissant en réserve les fruits de garde.



fruits-hiver.JPG

Après avoir préparé les légumes pour votre pot-au-feu ou votre soupe, qui cuit gentiment sans besoin de trop de surveillance, pourquoi ne pas prendre cinq minutes de plus pour préparer des fruits ? L'éplucheur, la planche à découper et le couteau sont déjà sortis, alors profitons-en !
Rien n'est plus simple à préparer qu'une compote, sauf peut-être un oeuf au plat, mais c'est un autre chapitre. Faire chauffer un petit peu d'eau au fond d'une casserole, y ajouter le jus d'un citron et les fruits découpés en dés. Quelques épices, on laisse cuire une quinzaine de minutes ou un peu plus, on sucre raisonnablement, on écrase à la fourchette et c'est prêt !
Pour les fruits, le grand classique, c'est bien sûr la pomme. Avec un peu de gingembre, une pincée de canelle et une étoile de badiane, c'est un régal au goût d'enfance.
 


compote.JPG

 
Mais comme pour les soupes, toutes les variations sont possibles. Avec des poires et de la vanille, plus raffiné. En mélangeant pommes et poires, ou puisque c'est la saison, des coings avec une gousse de vanille, ou une compote panachée pommes-coings. Il reste des prunes et des pruneaux ? Pourquoi pas une compote de prunes à la cannelle ? Avec un peu de vin rouge comme liquide de cuisson, voilà un joli dessert pour clore un repas de chasse. Variez les mélanges de fruits et testez des alliances épicées, ça fait toute la différence ! Et pourquoi ne pas ajouter le jus d'une orange pour changer ?

Concernant l'écrabouillage, il y a plusieurs écoles. Certains laissent simplement les dés de fruits entiers, juste pochés. D'autres pratiquent le mixage sans pitié, version régression bouillie pour bébé. Je préfère que ma compote ait encore un peu de texture, et je l'écrase donc grossièrement à la fourchette.

Faites-en plus que simplement pour le dessert du soir. La compote se conserve très bien plusieurs jours au réfrigérateur, et pourra être dégustée au goûter avec le même plaisir. Il m'arrive même d'en faire le soir pour la manger le lendemain matin, c'est un petit-déjeuner délicieux et vitaminé. Avec un jus d'orange frais pressé, auquel on aura ajouté le jus d'un demi-citron, vous voilà prêt à braver le vent et le froid du grand extérieur !
 

Bon Appétit et n'oubliez pas votre écharpe !

 

Une magnifique recette de compote de coings au carcadé chez Catherine.
 

 
 
Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.
 

Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #De saison, #Les Douceurs

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2007

Sur le chemin du boulot, l'ancien magasin d'informatique a fermé. Quelques cartons traînent encore dans le lieu déserté et bientôt les vitrines se font opaques, cachant pudiquement les transformations en cours aux yeux des curieux. Puis un jour, au milieu d'un grand espace blanc, une drôle de fleur verte a fait son apparition : Tekitizi s'est ouvert il y a presque trois semaines maintenant.  

tekitizi.JPG

J'ose un oeil de l'extérieur et me dis en vrac : " Enfin un endroit sympa où manger près de l'hôpital ! ", "Youpie !" et "Vivement que je puisse tester ça !". Le lieu semble minimaliste, blanc laqué et vert herbe à chat, écolo-chic. Mais surtout, l'ambiance me rappelle furieusement des endroits découverts en Irlande ou en Angleterre, et dont je regrettais vraiment l'absence à Genève. Soupes, smoothies, wraps, et des petites affiches sur la vitrine qui annoncent du jus de raisin frais de la région. Vous en connaissez beaucoup des "à l'emporter" qui mettent en avant du jus de fruits de saison tout frais pressé ? Le ton est donné : ici, on peut manger rapidement mais sainement
Quelques jours plus tard, je pousse la porte, bien décidée à tester prix et qualité. Et la surprise est bonne. Là où l'on pourrait craindre une ambiance un peu prout-prout, genre fast-food-de-luxe-un-peu-snob, c'est tout le contraire que l'on trouve.

bar.JPG
Derrière le comptoir, l'accueil est féminin et souriant. Magalie et son équipe, composée surtout d'étudiantes, s'activent dans la bonne humeur, et l'enthousiasme est communicatif. Au menu, deux soupes à choix, une carte de sandwiches originaux, des salades sympas, des sushis, et des smoothies préparés à la minute, tout comme les jus de fruits. On choisit tranquillement, parfois en guignant ce qui est servi à son voisin pour voir à quoi ça ressemble, et on observe la préparation du sandwich sous nos yeux. Si on est pressé, on repart avec son repas dans un petit sac en papier. Si on veut se poser, on prend son plateau vert et on choisit sa place parmi les deux bars accolés aux vitrines ou les petites tables de la salle.

vert-et-blanc.JPG

Si j'ai pensé au début que c'était un groupe de copines passionnées qui avait ouvert la boutique, l'idée revient en fait à deux médecins, qui ont développé le concept et lancé l'affaire. Au quotidien, c'est Magalie qui mitonnent et surtout, qui part tous les matins sur son vélo chercher les produits frais au marché. Rien que pour ça, ça donne envie !
Quant aux prix, pour la qualité et la fraîcheur garantie, ils sont tout à fait raisonnables. Les soupes (courge aux croûtons de pain d'épices, carottes au lait de coco, fenouil-chèvre,...) sont à 5 ou 6 chf selon la grandeur de la portion, et avec une tranche de (bon) pain. Les salades sont originales (il y a même une salade de fleurs !) et vont de 4,50 à 10 chf selon leur taille, les sandwiches de 6,50 à 9,50 chf. Et tout ça varie en fonction des saisons et des produits disponibles.
Quant aux sushis, mon inquiétude de voir de pseudos-rouleaux mal faits comme on en voit un peu trop souvent, s'est vite dissipée : ils sont livrés tous les matins de chez Mikado, mon épicerie-traiteur japonaise préférée avec Uchitomi, sans doute les meilleurs sushis de la ville, d'une qualité irréprochable.
Et pour finir le repas sur une note sucrée, vous avez le choix entre des fruits à 1chf, une petite carte de desserts ou une part de cake maison.

vert.JPG

Mais le côté vert, naturel et sain ne s'arrête pas à la déco et à la nourriture puisque dans la cuisine, tout est composté et que les services le seront bientôt aussi.
Vous l'aurez compris, ce concept et ce lieu m'emballent. La motivation et l'énergie des gens qui s'en occupent aussi. Et ce n'est qu'un début puisque bientôt, un cuisiner rejoindra l'équipe, histoire de pouvoir proposer plus de choix de repas chauds, toujours avec des produits frais et un souci de bien se nourrir. D'autres évolutions sont semble-t-il déjà en projet, mais laissons-leur le temps de démarrer !

Une vraie super cantine d'avenir comme on aimerait en avoir près de chaque lieu de travail. Longue vie et plein succès à Tekitizi !



L'adresse :
Tekitizi, Rue Micheli-du-Crest 20-22, 1205 Genève

Le site : www.tekitizi.ch




Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Voir les commentaires

Rédigé par San des frangines

Publié dans #Lieux de perdition

Repost 0