Amis gourmands,

soyez les bienvenus !

 


Pour retourner à la page d'accueil, cliquez sur la tartelette 

 

En ce moment,
vous êtes 6 gourmands
dans notre cuisine


Et déjà 

visites depuis la création du site !


Les textes et photos de ce blog sont protégés mais volontiers partagés.

Ils parlent de nous !

Revue de presse


Qui sont les frangines ?


Pour nous soutenir :
La Boutique des Frangines
undefined

 

nti_bug_fck

Parce que c'est important



Recommander

Syndications

  • Flux RSS des articles

Chocomania

Mardi 26 septembre 2 26 /09 /Sep 11:37
Il y a quelques temps, Arte proposait un théma gourmand parlant de voluptueuses pâtisseries viennoises et surtout d'un chocolatier assez particulier.
Gianluca Franzoni, chocolatier du nord de l'Italie de la maison Domori, a une démarche très intéressante qui vise à faire retrouver le vrai goût du cacao. Il sélectionne lui-même ses fèves à leur origine puisqu'il participe à leur production au Vénézuela. Avec les frères Franceschi, cultivateurs de cacao dans leur hacienda de San José, ils cherchent, sélectionnent, cultivent et testent différentes variétés jusqu'à trouver celle qui conviendra parfaitement à ce que Gianluca recherche.


Image : Arte

Aux Forasteros amers, l'espèce la plus cultivée et donc la plus répandue dans les chocolats que l'on déguste habituellement, Gianluca préfère le Criollo, moins amer et au goût d'amandes, qui ne représente que 7% de la production mondiale. Cette variété plus raffinée est également beaucoup plus vulnérable. Il faut donc user d'ingéniosité pour pouvoir la cultiver: elle ne pousse pas en monoculture, ils les plantent donc en alternance avec des bananiers dont l'ombre sera également bénéfique au développement du cacaoyer. Ils sont ainsi parvenus à cultiver 13 espèces différentes.

Image : Domori

A l'image du vin, le chocolatier travaille ensuite les différentes variétés de façon à préserver leurs arômes propres. A tel point que les spécialistes, tels les oenologues, peuvent en dégustant le chocolat fini retrouver l'origine et l'année du cacao utilisé ! Il réalise également du chocolat 100% cacao, sans aucun ajout, aboutissement ultime de sa volonté de respecter cette matière première si noble.
Histoire de nous faire encore un peu plus envie, il paraît que certains de ses chocolats développent des arômes de mangue et de banane qui durent en bouche plus de 20 minutes...

A la fin de ce magnifique reportage, entre la verdure du Vénézuela et le brun veloûté des cuves de chocolat, je n'avais qu'une idée en tête : trouver où me procurer du chocolat Domori, la marque de ce chocolatier.
Je ne m'attendais donc absolument pas à en trouver... à la Migros ! C'est là, dans la ligne Sélection, que l'on peut trouver deux chocolats de Domori : du 70 % et du 100 % cacao, assemblage de Criollo et de Trinitario.



Le 100% très impressionnant, fort, très fort en goût. Amer mais pas trop, âpre, un mélange de saveur étonnant. Pas question de manger la plaque d'un coup, c'est impossible ! Ce chocolat se déguste comme une expérience. Prévoir un verre d'eau pour remettre les papilles à zéro.

Image : Migros

Le 70 % est plus abordable à la consommation "régulière". Vraiment délicieux, un chocolat de luxe aux arômes d'amandes, de fruits exotiques et de café. Parfait pour accompagner un expresso bien serré.


Pour tous ceux qui voudraient en savoir plus sur le chocolat, une exposition se déroule jusqu'au 29 octobre au Musée de Carouge (2, place de Sardaigne).



Cacao & Co nous emmène à la découverte de tout ce qui se rapporte au cacao : objets, publicités, planches botaniques, ouvrages anciens, cosmétiques et même de l'art contemporain.
Plusieurs événements sont liés à cette exposition. Des conférences très intéressantes certains jeudis, mais aussi, des rallyes du chocolat : Mercredi 27 septembre pour les enfants et Samedi 30 septembre pour les adultes.

A ne pas manquer, jeudi 29 septembre, la Nuit du Chocolat, de 18 heures à 23 heures. Découvertes, dégustations et vente de chocolat, grâce à la présence de 6 chocolatiers dont un de nos préférés que vous connaissez déjà, Philippe Pascoët.

Retrouvez les détails et toutes les informations sur le site du musée.


Avez-vous dégusté votre carré de chocolat aujourd'hui ?


Vous êtes beaucoup à avoir découvert ces chocolats par cet article. Certains en ont même parlé à la presse comme je m'en suis rendue compte avec surprise un lundi soir !
Claude-Olivier a dégusté les deux chocolats Domori Sélection. Et il a aimé ! Voir son article.




Ce texte et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Par San des frangines - Publié dans : Chocomania
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Mardi 8 août 2 08 /08 /Août 10:50
La cinquième a commencé ce dimanche la diffusion d'une série de reportages sur le Mexique. Dans le premier de ces "Carnets du Mexique", on y parlait maïs, cacao et tequila.

Nous avions tenté un retour aux origines du chocolat, car les aztèques le dégustaient pimenté, épicé et épaissi au maïs. Source de développement économique déjà chez les Mayas, le cacao était une boisson fortifiante, utilisé comme médicament (vous voyez, quand on vous dit que le chocolat est bon pour la santé, on ne rigole pas ^___^ !), comme onguent (les instituts chics ne le proposent-ils pas en massage ou recouvrement depuis peu ? Quel gâchis...), et servait même de monnaie.

Tablette de chocolat de Philippe Pascoët

A leur arrivée, les espagnols eurent du mal à se faire à cette drôle de boisson amère et piquante. Bientôt adoucie par de la vanille, de la cannelle, du musc et du sucre, la boisson devint pourtant vite indispensable à l'aristocratie de la Nouvelle Espagne. A tel point que les nobles en dégustaient même durant les offices religieux. Les femmes étaient les plus accros, qui se faisaient servir une tasse du divin mélange... toute les deux heures ! Cela ne manqua pas d'agacer un évêque du Chiapas qui les menaça d'excommunication s'ils continuaient à boire du chocolat pendant la messe. Son église fut désertée, au profit des monastères avoisinants. Ainsi privé des sommes rondelettes de sa quête, l'évêque menaça ensuite les moines, et les fidèles furent bien obligés de revenir suivre ses sermons... sans boire de chocolat. Mais pas pour longtemps. Car le brave évêque mourut par là où il avait péché... par un chocolat empoisonné !


Voici donc la petite recette du jour, qui est la troisième variante de nos madeleines préférées. Comme pour la recette de base, il vous faut :

2 oeufs
100 g de beurre
3 cuillères à soupe de miel
60 g de sucre
2 cuillères à café de sucre vanillé
120 g de farine
1 cuillère à café de levure
1 pincée de sel
pas de fleur d'oranger mais des pépites ou des éclats de chocolat
 

Faire fondre le beurre et y incorporer le miel.
Battre les oeufs avec une pincée de sel et le sucre.
Mélanger les deux préparations puis ajouter progressivement la farine avec la levure, puis les pépites de chocolat

Préchauffer le four à 230°C.
Remplir le moule avec la pâte (au 3/4 de chaque alvéole environ).
Et c'est là qu'intervient l'astuce pour que les madeleines soient bien bossues : enfourner 5 à 8 minutes à 230°C jusqu'à ce que vos madeleines se transforment en dromadaires, puis baisser le four à 180 °C et les laisser cuire encore 5 minutes.



Et pourquoi ne pas les déguster avec un bon chocolat chaud pimenté ?




Quand on pense que Christophe Colomb n'avait même pas daigné ramener un seul sac de fèves de cacao... On a eu chaud !


Les autres recettes de madeleines des Frangines :
- La recette de base : Nos madeleines préférées
- Variante n°2 : Madeleines au thé vert matcha

Notre recette de madeleines testées ailleurs :
- A la framboise et aux pistaches chez Audrey
- Au chocolat, rhum et raisins secs chez Claude-Olivier
- La recette de base à la fleur d'oranger chez Mélinda




Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Par Les frangines - Publié dans : Chocomania
Ecrire un commentaire - Voir les 23 commentaires
Vendredi 10 février 5 10 /02 /Fév 17:30
Le premier essai de pâte à tartiner maison a été plus que concluant: ce fut un véritable succès ! Très chocolaté, pas trop gras, fondant, avec des petits morceaux de noisettes... Son seul défaut: contrairement à son équivalent commercial, il n'est pas écoeurant du tout. Je vous laisse deviner en quoi c'est un défaut !

En adaptant la recette de Trish, j'avais pensé à différentes variantes possibles (au chocolat au lait pour les enfants, avec moins de lait condensé pour les adultes...) mais je m'étais aussi souvenue de ça:




Une pâte à tartiner au lait que j'avais achetée "Au pain quotidien", très bonne mais un peu trop chère pour renouveler régulièrement le stock...

Après le chocolat chaud au chocolat blanc, cela semblait évident. J'ai donc aussitôt tenté la pâte à tartiner au chocolat blanc !


200 grammes de chocolat blanc fondu auquel on ajoute 250 grammes de beurre (ou de margarine), 65 grammes de poudre d'amandes et entre 30 et 50 cl de lait condensé sucré, selon que vous aimiez votre pâte très sucrée ou un peu moins (cette fois, j'en ai mis 40 cl).

Une version sans poudre d'amandes est aussi tout à fait possible, mais personnellement, je trouve que cela donne une texture (et un goût) très agréable à la pâte.



Le résultat est absolument délicieux !
Le mélange chocolat blanc - lait condensé - amandes est une merveille...

On peut également remplacer les amandes par de la noix de coco en poudre, et certains y mettent aussi des zestes d'oranges. Toutes les variations son possibles, alors n'hésitez pas à tester. Ma version préférée du moment ? Avec du praliné... c'est terrible !

Dommage qu'il n'y ait qu'un petit-déjeuner par jour... Notez, il y a le goûter aussi ;)




Cette recette et ces photos vous plaisent ? Vous voulez les utiliser ou les citer ? Merci de respecter les conditions de mise à disposition.


Par San des frangines - Publié dans : Chocomania
Ecrire un commentaire - Voir les 25 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés